Bad Man – Dathan Auerbach.

Coucou les paupiettes !

Je vais vous parler d’un roman qui sort ce jour en librairie, un roman qui m’a tout de suite interpellé dans le catalogue de la maison d’édition et sur lequel je me suis jetée dès qu’il est arrivé dans ma boîte aux lettres. Bad Man est le premier roman de Dathan Auerbach à paraître en France. Publié chez Belfond Noir, vous pouvez vous le procurer dès aujourd’hui, 21 février 2019 ! Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

On dit qu’une disparition d’enfant se résout dans les quarante-huit heures. Le temps qu’il faut pour enquêter, coller des affiches, frapper à toutes les portes, auditionner des témoins. Pour Ben, l’attente dure depuis cinq ans, depuis le jour où Eric, son petit frère de trois ans, a disparu dans le supermarché local, en Floride.
Coincé entre une belle-mère qui passe ses nuits à dorloter un enfant imaginaire et un père qui se noie dans le travail, Ben ne vit plus, rongé par la culpabilité. Pour les aider, le jeune homme cherche un travail. Ironie du sort, dans cette ville sinistrée, le seul disponible est manutentionnaire de nuit au supermarché.
Ben accepte. Mais quelque chose ne tourne pas rond dans ce magasin. L’attitude bizarre de ses collègues, de son patron ; des conserves qui semblent se déplacer dans les rayons ; une broyeuse à cartons que l’on croit entendre gémir. Et puis, ce doudou défraîchi qui réapparait soudain. Le doudou d’Eric.

9782714479952ORI

Comparer un auteur à Stephen King ou à Nic Pizzolatto, l’introduire comme le petit nouveau du club des « maîtres du suspense et de l’angoisse ».. ça peut être à double tranchant. Autant le dire d’emblée, les attentes étaient élevées !

Dathan Auerbach a du talent, on ne peut le nier. J’ai avalé les 448 pages de Bad Man en un rien de temps. C’est un roman plutôt descriptif, il y a très peu de dialogues. Tout se joue au niveau de l’ambiance. Je ne sais pas vous mais, pour moi, se retrouver la nuit dans un endroit habituellement peuplé a quelque chose de naturellement angoissant. Chaque petit bruit est amplifié, on sursaute à chaque fois que l’on croise son ombre.. on devient complètement paranoïaque ! Le personnage principal, Ben, commence à travailler dans le supermarché où son petit frère a été kidnappé cinq ans auparavant. Autant dire que le lieu est hanté de souvenirs forts déplaisants. L’atmosphère de ce roman est lourde, pesante, oppressante. L’auteur fait monter la tension progressivement, jusqu’à ce qu’elle éclate et que les rebondissements s’enchaînent à une vitesse monstre.

Ben est un jeune homme mal dans sa peau, rongé par la culpabilité. Il a l’impression de marcher constamment sur des œufs. Cinq ans après la disparition d’Eric, il ne lâche pas l’affaire et il semble être le seul à continuer de chercher son petit frère. Sa belle-mère est complètement amorphe, son père mange, travaille et dort. Cette famille ne communique plus et chacun développe des petites rancœurs à l’encontre des autres. On ne peut que compatir à leur douleur, je ne peux pas imaginer l’horreur ressentie dans une telle situation. Ce sont des personnages touchants, dont on voudrait régler tout les problèmes. Je me suis énormément attachée à Ben, j’ai aimé le suivre dans sa quête de vérité. Il dépasse parfois les bornes, fait énormément de choix regrettables mais on lui pardonne tout.

Nous suivons surtout Ben et ses collègues de travail, Marty, Franck, Bill Palmer et Beverly. Des personnes avec qui on papote en travaillant mais à qui on ne se révèle jamais complètement, à qui on ne peut pas forcément faire confiance. Dathan Auerbach joue beaucoup avec ça et, rapidement, tout le monde devient un suspect dans ce roman, même le détective chargé de l’enquête. Il nous mène par le bout du nez du début à la fin (et quelle fin mesdames et messieurs !). Je ne m’attendais pas du tout à cette conclusion. Il fallait oser ! Ça a le mérite d’être souligné parce que ce n’est pas le genre de fin qu’on croise tout les jours. J’ai à la fois adoré et détesté haha. Dans l’ensemble, l’auteur nous livre un récit cohérent, l’intrigue est bien ficelée et il réussit à allier suspense et angoisse avec brio. J’en attendais peut-être un tout petit peu plus niveau angoisse, mais je chipote.

En résumé, Bad Man est une affaire rondement menée. C’est un roman qui repose énormément sur son ambiance sombre et oppressante. Le suspense est de plus en plus important au fil des pages, Dathan Auerbach joue avec nos petits cœurs jusqu’à nous livrer un final particulièrement surprenant. Ceci dit, je ne peux que vous conseiller ce livre. Il a quelque chose de fascinant, de dérangeant. Un roman à découvrir, un auteur à suivre !

Petit bonus : Dathan Auerbach sera présent du 29 au 31 mars aux Quais du Polar à Lyon !

Alors, tentés ?

17/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “Bad Man – Dathan Auerbach.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s