Survivant, l’histoire du jeune S, tomes 2 et 3 – Takao Saito & Akira Miyagawa.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, nous allons parler manga et plus exactement de Survivant, l’histoire du jeune S dont j’avais découvert le premier tome en novembre 2018. Le second tome venait tout juste de sortir (toujours aux éditions Vega) et j’ai préféré attendre la publication du tome 3 pour découvrir la suite. (Bon, maintenant je me dis que j’aurais presque dû attendre la sortie du tome 4 haha, il va falloir que j’attende avril maintenant !) Celui-ci est sorti le 14 février dernier et, comme vous pouvez le constater, il n’a pas fait long feu dans ma PAL ! Avant de vous donner mon avis sur ces deux tomes, je tiens à remercier la maison d’édition pour leur envoi.

Depuis le jour du séisme, le garçon demeure dans l’isolement le plus total et survit en s’adaptant petit à petit à l’impitoyable réalité de la vie sauvage… à l’instar des animaux qui tentent de survivre au jour le jour, eux aussi.
Mais la nourriture vient toujours à manquer. La lutte entre espèces pour la survie devient alors de plus en plus intense.

Nous avions laissé le jeune Satoru en fort mauvaise posture à la fin du premier tome, menacé par un ours affamé.. Nous reprenons l’histoire là où nous l’avions quittée et continuons à suivre les péripéties du héros, qui lutte toujours pour sa survie. De plus en plus débrouillard, il réussit à faire quelques installations qui améliorent son quotidien. Malheureusement, le danger guette toujours et il rencontre rapidement de nouveaux ennemis, tout aussi féroces que l’ours. Satoru tombe malade, il s’affaiblit mais ne perd pas de vue son objectif : rejoindre l’île qui se situe en face de la sienne. Je ne vous dévoile pas tout, sachez qu’il lui arrive beaucoup de choses à ce pauvre garçon et que nous, lecteurs, n’avons pas le temps de nous ennuyer ! Comme vous vous en doutez au vu de la couverture, il va finir par rencontrer une autre survivante et cela va lancer une autre dynamique dans la série, celle de la vie en communauté, avec ses avantages et ses inconvénients. Satoru va devoir apprendre à vivre aux côtés de quelqu’un, lui qui était seul depuis plus de six mois.

La rencontre avec Akina va également nous permettre d’en découvrir un peu plus sur ce jour funeste où le Japon a presque entièrement disparu suite à un séisme. Elle nous explique ce qu’elle a vécu et met en avant un aspect du survivalisme que nous n’avions pas encore abordé jusqu’à maintenant : le moment où, en communauté, les gens prennent peur et cessent de s’entraider pour ne songer qu’à eux, les conséquences que cela engendre. J’ai trouvé cette partie du manga vraiment intéressante et j’aurais aimé qu’elle soit un peu plus approfondie. Ceci dit, je me dis que logiquement ce sera sûrement abordé dans les prochains tomes..

J’ai trouvé que l’ensemble était toujours aussi accessible et agréable à lire. Plus on avance et plus on est pris par l’histoire. Je trouve ce seinen vraiment fascinant et très différent de tout ce que j’ai pu lire par le passé ! Je ne suis toujours pas conquise par le dessin, je trouve que certaines planches sont vraiment moches (je ne vois pas d’autre mot, désolée haha), notamment quand l’auteur veut jouer sur les expressions faciales et exprimer le désespoir/le dégoût/etc. C’est quelque chose que j’ai déjà vu dans beaucoup de mangas et j’ai toujours détesté ça donc c’est vraiment un jugement personnel. Par contre, j’adore les illustrations animales de ce manga. Je trouve que les différents animaux rencontrés au fil des pages sont vraiment bien dessinés et très détaillés.

Satoru grandit, il est de plus en plus fort physiquement, il s’endurcit également psychologiquement. Il a quelques moments de « faiblesse », que je considère vraiment comme un relâchement, un moment où il s’autorise à avoir peur, à être un adolescent. C’est un personnage que je prends beaucoup de plaisir à suivre mais qui me file aussi de sacrées angoisses. La nouvelle venue, Akina, est plus âgée. Elle était étudiante et n’a pas vécu la même expérience que Satoru suite au séisme. Elle était entourée, avait de l’électricité, un potager.. Bref, elle est moins débrouillarde mais pleine de bonne volonté. Elle apprend sur le tas, fait quelques erreurs regrettables mais on peut difficilement la juger. Je crois qu’elle prend peu à peu conscience de sa situation alors que le héros a accepté les choses depuis un moment déjà. Elle prend les choses assez mal, on sent que c’est dur pour elle mais elle n’abandonne pas. C’est un personnage que j’ai hâte de voir évoluer également et que je trouve très attachant.

Cette chronique commence à être vraiment trop longue donc je vais abréger. Je vous recommande cette série les yeux fermés ! Elle pose un regard intéressant sur le comportement des humains en temps de crise, sur la question du survivalisme. Elle est très prenante et vraiment fascinante. Je suis sûre que vous allez adorer !

17/20

Alors, tentés ?

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Survivant, l’histoire du jeune S, tomes 2 et 3 – Takao Saito & Akira Miyagawa.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s