Symphonie Carcérale – Romain Dutter & Bouqé.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler de mon dernier coup de cœur BD ! Il s’agit plus exactement d’un roman graphique, publié aux éditions Steinkis le 19 septembre 2018. Symphonie Carcérale a été écrit par Romain Dutter, coordinateur culturel au centre pénitentiaire de Fresnes. Il écrit en parallèle des scénarios pour le documentaire. Il a été accompagné dans ses premiers pas dans la BD par Bouqé, graphiste dans l’édition jeunesse qui réalise des illustrations pour divers éditeurs. Avant de vous donner mon avis sur leur travail, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Dans ce roman graphique, Romain relate son expérience en tant que coordinateur culturel dans les prisons. Très rapidement il se tourne vers les concerts. Il jalonne son récit de l’histoire des concert dans le milieu carcéral. Ce livre est une porte ouverte sur le milieu fermé de la détention, brisant de nombreux tabous.

Symphonie Carcérale - Romain Dutter - Steinkis éditions

La musique adoucit les mœurs… surtout en prison !

Romain est derrière les barreaux depuis plus de dix ans, mais en sort tous les soirs. Il est coordinateur culturel au sein d’un des plus grands centres pénitentiaires de France. Pour ceux qui ne le sauraient pas, un coordinateur culturel organise des projets dans différentes structures et organismes (milieu scolaire, EHPAD, prisons, etc) et il valorise la culture par le biais de manifestations diverses (théâtre, peinture, musique, les possibilités sont nombreuses). Dans ce témoignage, Romain Dutter nous raconte son combat quotidien pour permettre aux détenus d’avoir accès à des activités culturelles, et notamment à des concerts.

Son récit est très documenté. Il pose le contexte en nous faisant « visiter » le centre pénitentiaire de Fresnes, afin de nous expliquer dans quelles conditions vivent les détenus. Il aborde les différents types d’interventions qu’il est susceptible d’organiser et l’importance des pratiques culturelles dans le programme de réinsertion. Il nous raconte sa première expérience dans une prison au Honduras, l’impact que toutes ces rencontres ont eu sur son existence. Progressivement, il en vient au sujet qu’il a choisi de mettre particulièrement en avant : l’organisation de concerts. Il revient en arrière et nous fait un petit point historique sur l’histoire des concerts en prison, en France et aux États-Unis d’Amérique notamment. Il nous explique ses choix à lui, pourquoi il choisit de faire venir certains groupes plutôt que d’autres. Nous découvrons l’envers du décor. Les autorisations, le budget, tout ce à quoi il faut penser le jour J. Son témoignage est ponctué par des retours des chanteurs et musiciens qui sont venus au centre, ils nous racontent leur appréhension, l’impact que ces concerts ont eu sur eux, les réactions du public. Romain Dutter a également recueilli les avis de quelques détenus sur la question.

C’est un roman graphique riche et très bien documenté. Il est passionnant ! C’est une lecture enrichissante et nécessaire. L’auteur met en lumière une cause qui lui tient à cœur, avec humour mais sans prendre de pincettes. Il ose dire les choses. Le roman graphique met en lumière un métier méconnu qui offre beaucoup de possibilités et soulève un certain nombre de questions sur la manière dont on traite les prisonniers en France. Certes, ils doivent être punis pour ce qu’ils ont fait mais ils ont tout de même des droits, ils sont humains. A la fin de l’ouvrage, Romain Dutter établit une comparaison avec les prisons en Suède. Il n’y a pas photo, la France est en retard et doit revoir son organisation. Au fil des pages, l’auteur souligne l’importance des pratiques culturelles en prison, l’influence positive qu’elles ont sur les détenus et le rôle important qu’elles pourraient jouer dans la réinsertion si elles n’étaient pas aussi dénigrées, jugées « superflues ».

D’un point de vue esthétique, les illustrations de Bouqé sont toutes en simplicité. Il n’y a pas trop de détails. La seule couleur présente dans le livre est le orange, le reste est en noir et blanc, nuancé de gris. Les dessins sont efficaces, ils accompagnent le récit sans prendre le pas dessus, l’accent est vraiment mis sur le témoignage de Romain Dutter.

En résumé, un gros coup de cœur pour ce roman graphique ! C’est une lecture surprenante mais très intéressante que je vous recommande chaudement, elle vaut la peine d’être lue !

19/20

Alors, tentés ?

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

2 réflexions au sujet de “Symphonie Carcérale – Romain Dutter & Bouqé.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s