Une présence dans la nuit – Emily Elgar.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vais vous parler du petit dernier de la collection Le Cercle aux éditions Belfond. Une présence dans la nuit a été écrit par Emily Elgar et a été publié la semaine dernière, le 8 novembre. Je l’ai lu en lecture commune avec Johanna du blog Popcorn and Gibberish (pour changer haha). Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Infirmière en soins intensifs, Alice Taylor le sait : séparer travail et sentiments est primordial dans son métier. Mais l’arrivée d’une nouvelle patiente fait bientôt chavirer cette ligne de conduite…
Fauchée par un automobiliste anonyme, Cassie Jensen est plongée dans un coma dont personne ne sait si elle sortira un jour. Mais alors que la famille de la jeune femme se précipite à son chevet, Alice s’interroge : pourquoi nul ne semble dévasté de chagrin ? Ignorent-ils tous la grossesse de Cassie ? Se pourrait-il qu’elle ait caché d’autres secrets à ses proches ?
De son lit, face à celui de Cassie, Frank aussi observe. Il sait que Cassie est en danger ; il connaît même l’identité du chauffard et son mobile. Pourtant, Frank ne peut rien révéler. Atteint du syndrome d’enfermement, cet homme est prisonnier de son propre corps, et seules ses paupières peuvent bouger…
Mais parviendra-t-il à se faire comprendre d’Alice, avant qu’il ne soit trop tard ?

couv75627069

Une présence dans la nuit est le premier roman de la collection Le Cercle dont je ressors déçue. Je pense que c’est surtout dû au résumé qui n’est pas totalement juste, je m’attendais vraiment à autre chose.

L’histoire est racontée du point de vue de trois personnages : Frank, Alice et Cassie. Si cette alternance nous permet d’en découvrir un peu plus sur chacun d’entre eux, notamment sur leur passé, elle casse légèrement le rythme. Le suspense n’est pas dingue, je m’attendais à une ambiance pesante, oppressante, où tout peut basculer à tout moment et l’ensemble est finalement très lent. Toute l’action se situe dans les 100 dernières pages qui ont été difficiles à lâcher.

Frank, suite à un infarctus, est victime du syndrome d’enfermement. Il est là, il est conscient, il voit et il entend mais il ne peut pas bouger ni s’exprimer. Il ne peut donc pas communiquer et la plupart des gens pensent donc qu’il est un légume et qu’il n’y a plus d’espoir. C’est un personnage qui a su me toucher, notamment lorsqu’il pense à sa fille. Il est plein de volonté, déterminé à guérir pour repartir d’un bon pied et laisser ses vieux démons pour lui. Il veut le faire pour lui mais aussi pour Cassie, qui semble être en danger. Il va se surpasser pour essayer de faire comprendre à Alice ce qu’il se passe.

Infirmière en chef, Alice est très investie auprès de ses patients. Parfois un peu trop. C’est un personnage que j’ai eu un peu de mal à apprécier car elle fait beaucoup de choses qui me dérangent. Elle développe une obsession assez malsaine pour Cassie et j’avoue qu’elle allait souvent trop loin pour moi. Ceci dit, nous vivons tout de même quelques moments forts à ses côtés qui ne peuvent pas nous laisser de marbre.

Cassie est dans le coma après avoir été percutée par une voiture et laissée pour morte. Dans les chapitres qui lui sont consacrés, nous retournons presque deux ans en arrière et, petit à petit, nous découvrons tout ce qui a conduit à cette fameuse soirée. Les personnages qui évoluent autour d’elle, Jack, Charlotte, Nicky et Marcus, sont plus ou moins approfondis mais ont des rôles très importants dans cette histoire. Son mari et sa belle-mère sont très proches, affectés par l’accident mais semblent cacher quelque chose. Nicky est presque une sœur pour Cassie, comme le montrent les différents flashbacks, mais elle cache bien son jeu. Marcus, le mari de sa mère décédée, est le personnage qui m’a le plus touché. Il est perdu, cherche l’affection de Cassie et essaye de la protéger mais ses gestes sont parfois mal interprétés.

Globalement, l’histoire est prenante, nous voulons savoir qui a percuté Cassie et qui la menace maintenant. Est-ce que les théories d’Alice et Frank sont exactes ? Le suspense n’est pas fou mais j’avoue qu’Emily Elgar a bien construit son roman. Elle multiplie les fausses pistes et jusqu’au bout il est difficile de savoir le pourquoi du comment et de désigner un coupable. Avec le recul, j’ai quand même été déçue par la fin car je trouve que c’est trop convenu, trop déjà-vu, un peu trop facile. Mais ça n’enlève rien à la qualité de la plume. L’écriture de l’autrice est posée, agréable à lire.

En résumé, c’est une lecture qui ne m’aura pas complètement convaincu. L’écriture est agréable mais trop lente, l’intrigue met trop de temps à se mettre en place et le suspense n’est vraiment présent qu’à la fin. Les personnages sont intéressants mais je ne me suis pas attachée à eux comme je l’aurais voulu. Je n’ai pas passé un mauvais moment mais ce n’est pas un roman que je vous recommande particulièrement non plus.

13/20

Alors, tentés ?

La chronique de Popcorn and Gibberish

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “Une présence dans la nuit – Emily Elgar.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s