Le zoo – Gin Phillips.

Coucou les paupiettes !

Je vais vous parler d’un roman qui n’aura pas fait long feu dans ma PAL. Il me tentait depuis un petit moment et une fois reçu je n’ai pas pu résister bien longtemps ! Le zoo est le premier roman traduit et publié en France de Gin Phillips, autrice américaine. Elle a écrit cinq romans donc j’espère que les autres seront également traduits ! Celui-ci a obtenu le prix Transfuge du meilleur polar étranger et il a été publié aux éditions 10/18 au début du mois de septembre 2018. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Le zoo est sur le point de fermer ses portes. Joan et son fils de quatre ans, Lincoln, profitent des dernières minutes dans leur coin préféré, à l’écart des visiteurs. Mais quand Joan se décide à pousser gentiment Lincoln vers la sortie, ce qu’elle découvre la force à rebrousser chemin en courant, et à s’enfoncer dans le zoo désormais désert, son fils dans les bras.
Dans un parc d’attraction transformé en ménagerie mortelle, pendant les trois plus longues heures de sa vie, Joan va découvrir jusqu’où elle est prête à aller pour sauver Lincoln…

9782264072689ori

Les avis que j’ai pu lire sur ce roman étaient assez partagés. Les lecteurs avaient soit été emportés par l’histoire, soit ils étaient restés simples spectateurs et le charme n’avait pas opéré. Personnellement, je fais partie de la première catégorie.

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’ambiance sombre qui se dégage de ce court roman. La tension est palpable et accroit au fil des pages. C’est à bout de souffle et le cœur battant que l’on tourne les pages. Que vont devenir Joan et Lincoln ? Font-ils réussir à fuir ?

L’histoire nous raconte le cauchemar que vivent Joan et son fils pendant trois heures. Cela peut sembler très court, mais en lisant on a l’impression que c’est interminable. Le stress est de plus en plus important (on flippe sévère oui), l’atmosphère est de plus en plus pesante. Une grande partie du roman se déroule à la nuit tombée, dans un silence entrecoupé de quelques hurlements et de coups de feu.. Bonjour l’angoisse ! A chaque instant, on s’attend à ce que tout bascule. Difficile de retenir un enfant de 4 ans de faire du bruit, cela rajoute une frayeur supplémentaire. J’avais vraiment l’impression d’être à leurs côtés, j’avais envie de dire à Lincoln qu’il faisait trop de bruit, de me rouler dans un trou et d’attendre que la police me trouve.

Pendant trois heures, le zoo devient un véritable terrain de chasse. Les tueurs traquent les visiteurs cachés mais aussi les animaux dans leurs enclos. Quel meilleur endroit qu’un zoo pour illustrer la bestialité et la monstruosité dont sont capables les hommes ? J’ai trouvé que c’était un choix intéressant de la part de Gin Phillips et ça rajoutait également quelque chose à l’ensemble déjà considérablement oppressant. Cela dit, j’aurais tout de même aimé qu’elle joue un peu plus avec le cadre, qu’elles mettent plus en avant les animaux qui entourent les personnages dans l’obscurité, etc.

Nous n’avons pas vraiment le temps d’apprendre à connaitre les différents personnages, bien que quelques souvenirs ponctuent le récit. C’est fou le genre de choses qui peuvent nous venir à l’esprit quand nous sommes dans une situation de danger. Bien évidemment, nous ressentons pour eux de l’empathie, de la peur mais nous ne pouvons pas vraiment nous y attacher plus que ça (pas sûre que ce soit le but de toute façon). J’ai trouvé que certains passages consacrés aux flashbacks n’étaient pas utiles au développement de l’histoire et faisaient un peu traîner les choses. Dans ces moments là, la tension redescend un peu et ça casse le rythme autrement soutenu du livre. J’ai également été un peu déçue par la fin abrupte du récit, je m’attendais à un peu plus de détails, à une conclusion digne de ce nom. J’ai l’impression de ne pas avoir vécu ce moment avec Joan et son fils jusqu’au bout et c’est un peu dommage.

Dans l’ensemble, malgré quelques petits défauts, j’ai passé un bon moment de lecture. J’ai eu l’impression d’être traquée dans ce zoo aux côtés de Joan et de son fils. L’écriture de Gin Phillips est plaisante, elle nous offre un thriller délicieusement oppressant et je serais curieuse de lire ses autres romans !

15/20

Alors, tentés ?

La bisette !

 

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “Le zoo – Gin Phillips.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s