Le secret de la manufacture de chaussettes inusables – Annie Barrows.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un roman que j’ai mis un petit moment à lire mais que j’ai terminé la semaine dernière. Le secret de la manufacture de chaussettes inusables a été écrit par Annie Barrows et a été publié au format poche aux éditions 10-18 en 2016, puis en novembre 2017 (collector). Après avoir lu Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (gros coup de cœur), qu’elle avait co-écrit avec Mary-Ann Shaffer, j’avais très hâte de découvrir ce nouveau roman. Je remercie chaudement la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d’un puissant sénateur du Delaware, refuse d’épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se voit contrainte d’accepter un emploi de rédactrice au sein d’une agence gouvernementale. Elle n’a jamais travaillé de sa vie, mais en ces temps de grande dépression, nécessité fait loi. Sa mission : se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants hauts en couleur, et rédiger l’histoire de cette ville sur le point de célébrer le cent-cinquantenaire de sa fondation. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d’une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce drame, qui a coûté la vie au grand amour de Jottie Romeyn, reste gravé dans les mémoires et suscite encore bien des questions. Ce même été, Willa Romeyn, douze ans, grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l’enfance et d’utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille. De question en réponse, de soupçon en révélation, Layla et Willa vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l’existence de tous les membres de leur petite communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

couv44634679

C’est avec empressement que je me suis lancée dans la lecture de ce roman. Malheureusement, Le secret de la manufacture de chaussettes inusables ne m’a pas complètement convaincue. Peut-être avais-je trop d’attentes après le succès du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ? J’ai trouvé l’écriture d’Annie Barrows plaisante, fluide. Le livre est agréable à lire. Mais il est long, qu’est-ce qu’il est long ! J’ai trouvé les deux premiers tiers du roman très lents, j’avais l’impression que ça ne décollerait jamais. Heureusement que je me suis accrochée car la dernière partie est excellente, très dynamique. Tout s’enchaîne à la perfection et la conclusion est parfaite. Je pense qu’en coupant un certain nombre de passages dans la première partie, la lecture aurait été plus digeste.

Cela dit, je pense que cette lenteur a son importance dans le récit. Macedonia est une petite ville, l’histoire se déroule en plein été, il fait une chaleur atroce et tout le monde tourne au ralenti. L’ambiance est tendue, pesante, on attend que l’orage éclate et que pleuvent les révélations ! Malgré les nombreuses longueurs, l’histoire est intéressante. Le titre est un chouia trompeur puisque l’histoire ne tourne pas vraiment autour de la manufacture de chaussettes. Elle n’est finalement qu’un détail.

Dans ce roman, Annie Barrows dresse trois portraits de femmes. On suit Layla Beck, une jeune femme fortunée mise à la porte après avoir refusé d’épouser le parti choisi par son père. Du jour au lendemain, elle doit travailler et est embauchée pour écrire l’histoire de la ville de Macedonia. Elle loge chez Jottie Romeyn, vieille fille qui vit dans le passé, qui se raccroche à ce qu’aurait pu devenir sa vie si le malheur ne s’était pas abattu sur la manufacture de chaussettes dix-huit ans auparavant. Elle vit dans une grande maison avec ses deux sœurs et son frère, Félix, qui a deux filles (Willa et Bird). Willa, de nature très curieuse, se découvrira un talent de détective durant cet été mais sa curiosité lui jouera quelques mauvais tours.

Annie Barrows développe des personnages intéressants mais qui m’ont parfois poussé à bout. Ils ont leurs qualités et leurs défauts, ils sont humains, aveuglés par leurs sentiments, ce qui les rend souvent touchants mais parfois très énervants. Au fil des pages, on s’attache à ses personnages qui ne cherchent finalement que le bonheur. J’ai aimé les personnages féminins imaginés par Annie Barrows. Ce sont des femmes qui ont vécu dans l’ombre des hommes de leur vie et qui essayent de se détacher d’eux pour réaliser leurs rêves (même si elles ne s’en rendent pas forcément compte au début). J’ai particulièrement aimé le personnage de Jottie que j’ai trouvé bouleversant. Willa et Layla m’ont parfois un peu énervé mais elles se révèlent tout aussi touchantes sur la fin. Les personnages masculins sont également approfondis. J’ai détesté Félix du début à la fin mais j’ai adoré Emmett, bien qu’il soit plutôt en retrait (déceptiooooon). Tout au long du roman, nous rencontrons aussi de nombreux habitants de Macedonia et ils sont tous des personnages hauts en couleur. Ils vous feront certainement sourire à plusieurs reprises !

En résumé, ce roman n’est pas inintéressant mais il souffre de nombreuses longueurs. C’est dommage car Annie Barrows a une plume agréable. Avec un peu plus de dynamisme, l’histoire de cette famille aux nombreux secrets aurait été beaucoup plus palpitante ! Personnellement, ce n’est pas un roman qui restera gravé dans ma mémoire.

13/20

Vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

7 réflexions au sujet de “Le secret de la manufacture de chaussettes inusables – Annie Barrows.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s