Celle qui a dit Fuck – Anne-Sophie et Fanny Lesage.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique livresque. Je lis assez peu de livres sur le développement personnel mais, par curiosité, j’essaye de me pencher un peu dessus ces derniers temps. J’ai hésité un petit peu, puis j’ai décidé de me laisser tenter par l’une des dernières publications des éditions Solar. Celle qui a dit Fuck, publié le 8 mars 2018, était plutôt intrigant avec sa couverture girly et ses allures de journal à la Bridget Jones. Il a été co-écrit par Anne-Sophie et Fanny Lesage, deux sœurs qui ont fondé la newsletter Holi Me. Pour ceux qui ne connaissent pas, elles proposent chaque semaine à leur communauté des défis en lien avec le bien-être et le développement personnel.

Le journal d’une jeune imparfaite qui décide d’en finir avec les prises de tête : à travers ses chroniques pleines de piquant, de nombreuses pistes, des rituels express et des outils pour assumer une féminité décomplexée. Oser dire « Fuck », ça se travaille… Beyoncé ne s’est pas faite en un jour !
Moi, c’est Alice, jeune femme attachiante (si j’en crois mon entourage) qui a des rêves plein la tête. Pourtant, j’ai l’impression de subir ma vie plutôt que de la vivre vraiment ! J’ai une fâcheuse tendance à me mettre la pression, à être trop exigeante avec moi-même, à culpabiliser pour tout et surtout pour rien (#chargementale), et à courir après cette fucking perfection !
Mon quotidien n’est plus que to-do lists et longues heures de réflexion sous la douche : Comment être à la fois la Caroline Ingalls de mon foyer et l’Oprah Winfrey de mon job ? Comment assurer le bien-être de ma future progéniture alors que j’ai laissé mon chat s’enfuir au bout de trois jours ? Comment garder le piquant de mon couple tout en m’enfilant le soir cinq épisodes de Game of Thrones… dans mon pyjama de la honte ?

I have a dream : clore le bec à mes ruminations incessantes !

Moi, Alice, j’ai (enfin) décidé de me foutre la paix, de vivre ma vie et de partir en quête du graal : le lâcher-prise.

Je veux être celle qui a dit fuck ! #imparfaiteetfieredeletre

Je veux oser jusqu’au bout de mes socquettes ! #freeandwild

Il est temps… voilà pourquoi je commence mon journal !

couv35917396.png

J’ai dévoré ce petit livre très très vite ! J’ai trouvé la construction très intéressante. On oscille entre le guide bien-être, truffé de très bons conseils pour faire le tri dans sa vie, et le roman feel-good. Les deux se mêlent à la perfection et j’ai vraiment aimé la manière dont les différents sujets sont amenés. Les auteures ne nous dictent pas une manière de faire, elles nous racontent ce qui a fonctionné pour Alice et à nous de voir si on tente de suivre son exemple ou pas. J’ai trouvé le contenu intelligent, drôle, bien amené et j’ai été assez déçue de quitter l’héroïne à la fin de l’histoire. Petit bonus : pour égayer tout ça, le livre est illustré par Léna Piroux. C’est sympathique comme tout (bien que le résultat sur e-book soit parfois un peu raté mais je pense que c’est dû à une conversion de fichier), les illustrations sont fraiches, humoristiques et parfaitement en accord avec le texte. Elles ne sont pas non plus trop présentes et n’étouffent pas l’ensemble.

Je me suis très rapidement identifiée à Alice car je suis moi aussi une over-thinker. J’ai tendance à beaucoup trop réfléchir et à vouloir tout contrôler, à angoisser très vite pour le moindre petit truc, à multiplier les to-do lists.. J’ai beaucoup ri en lisant un passage sur les avis de passage de la Poste (j’ai encore eu le cas de figure cette semaine). Si toi aussi tu risques la nuit blanche à chaque avis de passage car tu te demandes ce que tu as reçu quitte à casser les noisettes à tout le monde avec ce « problème » qui n’en est pas un (tu verras ce que c’est quand t’iras le chercher, c’est tout), ce livre est fait pour toi ! Je me suis vraiment reconnue dans beaucoup de situations et j’ai glâné beaucoup de bons conseils. Au-delà de ça, Alice est un personnage drôle, plein d’auto-dérision et attachant. Les autres personnages ne sont pas vraiment importants. Pour la plupart, nous ne faisons que les croiser. Ça ne m’a aucunement gêné puisque, comme je l’avais dit dans un précédent article, le but de ce genre de roman est de nous intéresser à un personnage, à ce qu’il fait pour lui et pour lui seul. Les autres importent peu. Nous suivons vraiment le cheminement d’Alice qui tend à se libérer de toutes ses petites obsessions. J’ai aimé suivre l’évolution du personnage tout au long du livre.

Le but de ce roman est donc d’amener Alice (et nous, par la même occasion) à arrêter de se mettre une pression monstre pour un oui ou un non, d’apprendre à lâcher les rênes, à laisser les choses se faire. Laissons donc derrière nous tout ce qui nous empêche d’avancer, disons FUCK au négatif et allons de l’avant. Nous sommes libres de vivre notre vie comme nous l’entendons ! Arrêtons de vivre en fonction des autres, en fonction de ce que nous dicte la société. Au fil des pages, nous découvrons donc tous les rituels qu’Alice met en place pour se débarrasser de ses idées noires, pour découvrir ce qui la motive dans la vie, pour découvrir qui elle est vraiment finalement. Tout cela nous permet à nous aussi de nous pencher sur notre propre situation. Qu’est-ce que nous pouvons mettre en place pour être bien dans notre corps, dans notre esprit, pour entretenir des relations saines avec nos collègues, notre conjoint ? A nous d’essayer, de voir ce qui nous convient.

Cette lecture m’a beaucoup apporté. Ces deux dernières semaines j’ai appris à relativiser, à essayer de voir le positif plus que le négatif (ce qui, pour ceux qui savent un peu comment se passe ma vie en ce moment, n’est pas chose aisée). Je dis FUCK à tous les gens qui estiment mieux savoir que moi ce qui fera mon bonheur. Mes besoins, mes envies passent avant ceux des autres et tant pis si ça parait égoïste. Je fais le vide, j’ai jeté énormément de choses, fait le tri sur les réseaux sociaux et tout ça fait un bien fou.

En résumé, je ne peux que vous recommander ce livre. La plume est drôle, intelligente, les conseils sont bien amenés et l’héroïne plus qu’attachante. J’ai passé un excellent moment et cette lecture a eu un réel impact sur ma manière de voir les choses.

18/20

Alors, tentés ?

La bisette !

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

10 réflexions au sujet de “Celle qui a dit Fuck – Anne-Sophie et Fanny Lesage.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s