Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants et puis… – Michael Cunningham.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vais vous parler de l’une de mes dernières lectures. Il s’agit d’un court recueil de nouvelles, publié aux éditions 10/18 le 09 novembre 2017. Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants et puis… a été écrit par Michael Cunningham, un auteur qui m’intrigue depuis un petit moment mais que je n’avais pas encore lu. J’ai tout de suite été attirée par sa très belle couverture et par son résumé plus qu’intrigant.

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier les éditions 10/18 pour l’envoi de ce roman.

Il était une fois une jolie princesse et un prince. Elle est en danger, il vole à son secours, ils se marient. Et puis les années passent, la princesse regarde son beau château, ses beaux enfants, et la mélancolie la prend à la gorge. Un recueil de nouvelles, reprenant avec dérision et cynisme les contes les plus classiques.

couv63645381

Je ne lis pas très souvent des recueils de nouvelles, je ne sais pas trop pourquoi parce que c’est plutôt plaisant comme format (la plupart du temps). Ça peut aussi être une source de frustration, notamment quand les histoires sont trop courtes (déjà qu’avec les romans c’est compliqué). Concernant ce recueil, écrit par Cunningham, j’avoue que j’ai un peu de mal à me positionner.

Nous avons tous une certaine vision des contes de fées. Pour certains, ça s’arrête aux Disney et aux films réalisés plus récemment. D’autres, notamment dans la communauté littéraire, connaissent certainement l’envers du décor. Qui a lu Perrault, les frères Grimm ou Andersen sait que tout n’est pas tout rose, chansons, petits oiseaux et belles robes de bal. Michael Cunningham nous propose ici une nouvelle version de ces contes, une vision de « l’après ». Effectivement, qui ne s’est pas demandé ce qu’il se passait pour les héros de nos contes préférés après le fameux « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ?

J’ai été un peu surprise par le recueil. Je pense que je m’attendais à autre chose. Certaines nouvelles sont assez vagues, on ne reconnait pas forcément le conte (pas certaine qu’il y en ait un de concerné en particulier). Ça ne rend pas la chose moins bonne, mais j’avoue avoir eu plus de plaisir à la lecture des histoires reprenant Raiponce, Jack et le haricot magique, Blanche-Neige ou encore La belle et la bête.

J’ai bien accroché à l’écriture de Michael Cunningham. J’ai trouvé ces histoires fluides, rapides et plaisantes à lire dans l’ensemble. Certaines m’ont mis un tantinet mal à l’aise, mais je pense que c’était le but de l’auteur. Il y a également quelques touches d’humour noir qui ne m’ont pas déplu. Ne vous attendez pas à des fins heureuses, les nouvelles sont très dark, il nous offre une vision désenchantée (mais fort intéressante) des contes. Il n’y a plus de rêve, la réalité est dure, violente et souvent malheureuse (parfois un tantinet malsaine, tant qu’à faire). J’ai également trouvé intéressant, bien que parfois déstabilisant, le fait qu’on ne puisse pas situer le moment et l’endroit où se passe l’histoire. Certaines nouvelles ont l’air de se dérouler à notre époque alors que d’autres semblent se dérouler dans un univers imaginaire et hors du temps.

Bien que j’ai apprécié ma lecture, j’avoue que je m’attendais à autre chose et j’ai été un peu déçue. Le résumé m’avait vendu du rêve et je suis ressortie de l’univers de Cunningham avec une impression de trop peu, il m’a manqué quelque chose et je reste donc sur ma faim. Cela dit, la réécriture est un exercice assez difficile car ce sont des histoires que tout le monde (ou presque) connait mais je suis bien obligée de saluer le talent de l’auteur et de souligner le fait qu’il nous offre un point de vue inédit sur ces histoires célébrissimes.

Bonus : j’ai adoré les illustrations (de Yuko Shimizu) qui ponctuent le récit, elles sont absolument magnifiques ! On en veut plus, beaucoup plus !

wildswan_il_2

En bref, à éviter si vous tenez à la « tradition » et à garder une vision édulcorée et rose bonbon des contes de fées. Sinon, c’est un livre que je vous recommande volontiers (maintenant vous savez à quoi vous attendre), bien que ce ne soit pas la meilleure réécriture de tous les temps. Essayez peut-être de lire les contes originels avant de vous lancer dans celui-ci, vous tomberez de moins haut !

14/20

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

10 réflexions au sujet de “Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants et puis… – Michael Cunningham.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s