Celle dont j’ai toujours rêvé – Meredith Russo.

Coucou les paupiettes !

Ça y est, je suis de retour, motivée à 100% et les chroniques littéraires vont pleuvoir sur vos tronches pendant un petit moment. Je viens aujourd’hui vous parler d’un livre que j’ai lu (dévoré serait plus exact) la semaine dernière. Il s’agit de Celle dont j’ai toujours rêvé, écrit par Meredith Russo et publié en France aux éditions PKJ début 2017. Il me faisait de l’œil dès sa sortie mais j’ai préféré attendre un moment avant de le lire, que les chroniques dithyrambiques soient moins nombreuses afin que mes attentes soient moins importantes. Bref, bref. Je vous dis tout ?

Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir vraiment aux autres.

Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Alors qu’ils passent de plus en plus de temps ensemble, Amanda comprend qu’en se protégeant ainsi, elle passe à côté de sa vie. Elle sait qu’elle doit se faire violence et lui révéler qui elle est vraiment, mais elle est terrifiée à l’idée que cela le fasse fuir…

couv19019274

Les romans jeunesse consacrés à la transexualité sont de plus en plus nombreux ces derniers mois. J’en ai déjà lu quelques uns, en leur trouvant toujours quelques petits défauts qui ont fini par « gâcher » ma lecture. C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai commencé ce nouveau roman, premier livre de Meredith Russo. Petit point contexte, si vous voulez bien. Meredith Russo est une jeune auteure américaine transgenre. Celle dont j’ai toujours rêvé est né d’une volonté de sa part d’écrire l’histoire d’un personnage transgenre qui connait une fin heureuse. Elle s’est donc inspiré de son expérience personnelle tout en romançant de nombreuses situations afin de façonner une héroïne qui « corresponde autant que possible aux idées normatives ». Fin du point contexte.

Cette chronique sera assez courte. Je pense. Il est vrai que je suis parfois assez prolixe et je m’en excuse. J’ai adoré ce roman. Je pense pouvoir vous dire tranquillement, là, tout de suite (OKLM comme disent les jeunes) que c’est un coup de cœur.

Commençons par le commencement. L’écriture. Meredith Russo a une plume absolument formidable. Les chapitres s’enchaînent avec une fluidité déconcertante, de manière posée. L’auteure a une plume très « calme », les événements se déroulent lentement mais sûrement. On ne s’ennuie jamais, il n’y a aucune longueur et je n’ai pas ressenti de manque particulier. Je ne me suis pas sentie frustrée lorsque j’ai refermé le livre (et c’est tellement rare chez moi, sachez le !). Tout est dit et c’est parfait. Meredith Russo ne sort pas vraiment des sentiers battus avec ce roman, sa manière de traiter le sujet de la transexualité n’est pas particulièrement originale. Une jeune fille avec un lourd secret qui débarque dans une nouvelle ville et qui tombe amoureuse.. Ok, le pitch de départ est plutôt basique. Cela dit, le sujet est traité avec tellement de délicatesse, tellement de justesse, qu’au final on s’en fout. On oublie que c’est quelque chose qu’on a déjà lu et relu. On oublie parce que c’est tellement bien écrit qu’on a l’impression de lire autre chose. Bref, je m’égare. Je suis passée en mode fangirling.

Revenons à nos moutons. J’ai aimé l’écriture. J’ai aussi aimé les personnages. Je les ai trouvé intéressants, bien construits et suffisamment approfondis. Ils se dévoilent tous tout au long du roman. Impossible de ne pas s’attacher à Amanda. Ou à Chloé. Ou à Anna. Ou au père. Certes, Meredith Russo nous présente des personnages qu’on pourrait qualifier de « clichés » (et encore, il y a toujours un petit truc auquel on ne s’attend pas), mais elle nous présente surtout des personnages profondément humains, avec des défauts et des qualités. Je pense que ce que j’ai préféré dans ce roman, c’est l’évolution de la relation entre Amanda et son père. Il n’y a pas de mots, « touchant » ne suffit pas. L’évolution d’Amanda à elle seule est déjà impressionnante, on la voit en quelque sorte grandir et apprendre à s’accepter, à accepter d’être elle-même et c’est beau. *petite larme*

Il faut que j’arrête de parler, je ne vais bientôt plus tenir et tout vous raconter de A à Z. Concernant l’histoire, on retrouve beaucoup d’éléments déjà utilisés avant, notamment ce fameux bal de promo qui a toujours fait couler beaucoup d’encre chez moi (parce que ça m’éneeeeeerve). Ce passage m’a un tantinet fait tiquer au départ, mais le dénouement de cette soirée s’est révélé très surprenant, je ne m’attendais pas à ça et j’ai aimé être surprise. Voilà. J’ai vraiment trouvé l’ensemble juste, les quelques clichés ne prennent pas toute la place et sont même très vite oubliés au profit d’une histoire qui tient la route, qui traite d’un sujet difficile mais qui donne du baume au cœur.

En résumé : lisez-le. 

Alors, tentés ?

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

9 réflexions au sujet de “Celle dont j’ai toujours rêvé – Meredith Russo.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s