Petites surprises sur le chemin du bonheur – Monica Wood.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique livresque. Je vais partager avec vous mon avis sur un roman que j’ai lu la semaine dernière : Petites surprises sur le chemin du bonheur, écrit par Monica Wood et publié aux éditions Kero le 12 avril dernier.

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Kero pour avoir accepté de m’envoyer ce roman !

Réticente au départ, Ona Vitkus, 104 ans, a fini par apprécier les visites à son domicile d’un jeune scout serviable. Lorsque ce dernier disparaît, son père Quinn lui succède. L’homme, meurtri par sa défaillance parentale, embarque la vieille femme dans un périple aux conséquences surprenantes pour l’un comme pour l’autre.

couv43560220

Ce qui m’a tout de suite attirée avec ce livre, c’est sa très belle couverture. Avouez, elle fait rêver ! Entre l’illustration et le titre, on s’attend à un roman feel-good emprunt de poésie et de lyrisme. J’avoue que, suite à ma lecture, mon avis est plutôt mitigé.

L’écriture de Monica Wood ne m’a pas convaincue. Je l’ai trouvé plate, on ressent peu voire pas du tout les émotions qu’elle essaye de nous partager par le biais de ces personnages. A mes yeux, le roman souffre de nombreuses longueurs. La construction des chapitres est également assez particulière, alternant récit au présent, extraits d’enregistrements audio un peu plus anciens et listes de records (bien que j’avoue avoir apprécié ces petites « pauses » ludiques dans l’histoire). J’ai trouvé très dommage que l’auteure décide de partager avec nous seulement une partie de ces enregistrements audio. Il s’agit d’interviews d’Ona, répondant aux questions du garçon. Seulement, les questions du garçon n’apparaissent pas, nous n’avons le droit qu’aux réponses. Pourquoi ce choix ? Vraiment, c’est dommage et c’est déstabilisant. On a l’impression que l’auteure essaye d’effacer l’existence de ce garçon alors qu’il est la raison pour laquelle les personnages se rejoignent au départ. Il est la raison d’être de ce roman.

J’ai toujours eu un faible pour les histoires intergénérationnelles, quand chacun grandit et évolue au contact de l’autre. En plus de nous offrir de belles leçons de vie, ces romans sont généralement bourrés d’humour. Ici, si quelques passages ont réussi à m’arracher un sourire, la rigolade n’est pas au rendez-vous. On rencontre trois personnages en deuil, en reconstruction, qui luttent au quotidien pour (re)trouver une place, pour survivre tout simplement. En s’appuyant les uns sur les autres, ils reprennent peu à peu goût à la vie. Cette reconstruction est au cœur du récit. Si l’écriture de l’auteure avait été poétique , plus intense et un peu plus dynamique, je pense que je n’aurais pas été dérangée par le fait que cette histoire ne soit pas si « feel-good » que ça et qu’elle relate une évolution lente. Mais ici, la vie suit son cours paisiblement, leurs relations évoluent au fil des pages.. mais qu’est-ce qu’on s’ennuie ! Il y a très peu de rebondissements, mis à part peut-être sur les tout derniers chapitres, et les répétitions sont nombreuses. Si l’amitié entre Quinn et Ona est intéressante, elle n’est pas non plus complètement dingue. On ressent l’attachement qui se développe entre les deux êtres, la naissance d’une amitié, mais on dirait que l’auteure a peur de rentrer dans le vif du sujet et qu’elle se contente de nous décrire cette amitié de loin, de manière assez superficielle et, par conséquent, sans émotions.

Il y a tout de même quelques points positifs : les personnages et le réalisme de cette histoire. Les personnages sont attachants, notamment Quinn et Ona. J’ai eu un peu plus de mal avec Belle. Et, malheureusement, le garçon est inexistant (comme je l’ai dit précédemment). Ce sont des personnages qui ont souffert, qui ont des défauts et qui essayent de maintenir leur tête hors de l’eau. Ils sont humains. Le fait qu’ils soient aussi crédibles m’a permis de relativiser de nombreuses choses dans ce roman. Notamment cette reconstruction trèèèèèès lente mais, au final, réaliste. Tout est plausible dans ce roman. Si seulement l’écriture de l’auteure avait pu nous faire oublier la lenteur du temps qui passe. Tristesse.

En résumé, ce roman proposait une histoire qui aurait pu être très émouvante, touchante et drôle. Malheureusement, l’auteure n’a pas su saisir ce qui s’offrait à elle sur un plateau d’argent et a choisi d’exploiter un axe qui ne m’a pas inspiré grand chose. Malgré des personnages attachants, l’écriture plate et le manque de dynamisme de ce roman ont un peu plombé ma lecture. Si l’auteure a essayé de nous communiquer un message (d’espoir, d’amitié ou que sais-je encore), il m’est complètement passé au-dessus. Dommage ! Si vous cherchez du feel-good, passez votre chemin.

10/20

A bientôt !

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

6 réflexions au sujet de “Petites surprises sur le chemin du bonheur – Monica Wood.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s