Du livre au film #5 – The Revenant.

Coucou les paupiettes !

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas publié de chroniques sur une adaptation cinématographique. Aujourd’hui, on va parler de l’adaptation de The Revenant, roman écrit par Michael Punke en 2002 (réédité par Le Livre de Poche en 2016). Le film, réalisé par Alejandro Gonzalez Iñárritu est celui qui aura (ENFIN) permis à l’acteur Leonardo DiCaprio d’obtenir un Oscar en février 2016. Alors, qu’en est-il de cette adaptation ?

Le roman.

États-Unis, 1823. Au cours d’une expédition à travers les Grandes Plaines, le trappeur Hugh Glass est attaqué par un grizzly. Défiguré, le corps déchiqueté, Hugh est confié à deux volontaires chargés de le veiller jusqu’à sa mort puis de l’enterrer. Mais ses gardiens décident d’abandonner le blessé. En plein territoire indien, seul, désarmé et à bout de forces, Glass survit. Son unique motivation : la vengeance. Commence alors la légende de Hugh Glass : l’histoire d’un homme hors du commun qui va parcourir cinq mille kilomètres, depuis le Dakota du Sud jusqu’au Nebraska, pour retrouver ceux qui l’ont trahi. (Résumé : Babelio)

41oaqlsuqbl-_sx195_

Cet article contient peut-être des spoilers. Mais peut-être que non. J’essaye vraiment d’être le plus général possible, mais je vous dévoile quand même quelques grandes lignes du roman (et du film).

Le roman est « basé » sur des faits réels. Michael Punke en aurait eu l’idée après avoir lu plusieurs écrits sur le trappeur Hugh Glass, il a ensuite fait beaucoup de recherches et il a mis plus de quatre ans à terminer le livre. Ce dernier n’a pas connu un très grand succès à sa sortie.
Le livre est assez court, il fait un peu moins de 400 pages. Pourtant, j’ai mis plus d’une semaine à lire la moitié. Je n’accrochais pas, je n’arrivais pas à rentrer dedans.. Honnêtement, cette lecture m’ennuyait. C’est assez surprenant car l’histoire est très intéressante, j’ai trouvé que le récit de la survie de Glass était fascinant. Sa volonté de vengeance, son voyage de plusieurs milliers de kilomètres, son courage, sa guérison alors qu’il était clairement condamné… Tout ces éléments en font un personnage impressionnant, presque un surhomme ! Dans la première partie de ma critique, j’ai mis « basé » sur des faits réels. Basé entre guillemets car l’auteur précise à la fin que son récit est surtout de la fiction, ponctuée par quelques faits réels. De ce fait, pendant toute ma lecture je me suis demandé ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas. Il faut être réaliste, après tout ce que Glass a traversé, il n’aurait jamais dû survivre.

2ff1cc0982c496f9c6ebcccea74d94c2
Pendant la lecture de cette première partie, je pense que ce qui m’a surtout gêné, c’est l’écriture de Punke. La première partie est beaucoup trop lente, il y a beaucoup de longueurs, de répétitions et des pages de présentation de personnages dont, franchement, on en a strictement rien à faire… Son écriture n’est pas très poétique, alors que Glass traverse des régions qui envoient plutôt du rêve, et très factuelle. Le rythme est irrégulier. Mais, en même temps, la première partie du voyage de Glass est, elle aussi, très lente puisqu’il fait cette partie du trajet en rampant. Est-ce que c’était volontaire de la part de Punke ? Je ne sais pas. En tout cas, à partir du moment où notre survivant réussit à marcher sur ses deux pieds, le récit s’accélère et les événements s’enchaînent à une vitesse folle, entre confrontations avec les indiens, rencontres dans les forts et retrouvailles avec les autres membres de l’expédition. J’ai lu la deuxième partie du roman en une soirée. Cherchez l’erreur haha.
La deuxième partie du roman est vraiment très bonne, il y a très peu de longueurs. On sent que Glass approche du but, qu’il va enfin pouvoir se venger après plusieurs mois d’attente. On ressent toute la tension de ces derniers jours de voyage, on attend l’issue de ce voyage avec impatience. On se demande si Glass va vraiment aller jusqu’au bout ou s’il sera capable de pardonner… Il est vrai que j’aurais aimé que l’aspect « vengeance » soit un peu plus exploré par l’auteur, qui le perd parfois de vue au profit de descriptions de paysages ou de faits sans grande utilité dans l’avancée du récit.
En ce qui concerne les personnages, je n’ai pas réussi à m’y attacher mais ce n’est pas très gênant. J’ai trouvé vraiment intéressants les différents profils développés par Michael Punke. Celui de Glass, bien évidemment, mais aussi celui de Fitzgerald ou encore celui de Bridger. Au fil des pages, on arrive à lire en eux comme dans un livre ouvert. Ce sont tous des personnages très intéressants, psychologiquement parlant.

Je ne vais pas risquer de trop en dévoiler. J’ai été un peu déçue par la fin que j’ai trouvée un bâclée. Cela dit, j’ai apprécié cette lecture, malgré le fait que j’ai eu du mal à accrocher à la première partie. Le reste a su compenser. Bien qu’il comporte quelques défauts, le livre a aussi beaucoup de points forts. Ce n’est pas le meilleur thriller de tous les temps, ni le meilleur récit de voyage, mais il reste intéressant.

14/20

Le film.

Sans trop en vouloir, j’avais tout de même quelques attentes avant de commencer à regarder le film. Bien que les descriptions de paysages de Punke ne soient pas très excitantes, on devine que Glass évolue dans des paysages magnifiques et j’attendais donc qu’on m’en mette plein la vue. J’attendais également de voir comment ils allaient traiter les longues parties où Glass voyage seul, sans parler… J’avais peur que le film soit très silencieux, très lent (comme la première partie de ma lecture en fait). Quand j’ai vu que le film durait 2h36, j’ai vraiment eu très très peur.

ff38f43f1a8cec5c943e77813ddab152
Maintenant que j’ai vu le film, honnêtement, je suis partagée. D’une part parce que j’ai trouvé le film très très bon. D’autre part parce que l’adaptation est très mauvaise. Je l’ai déjà dit un peu plus haut, le roman n’a pas eu beaucoup de succès. Pourtant, Punke a réussi à en vendre les droits et Iñárritu s’est battu pour réaliser ce film.

Le film a été tourné dans des décors naturels et à la lumière naturelle. Visuellement donc, je n’ai pas été déçue. Les paysages sont grandioses et l’Oscar de la meilleure photographie, remporté par Emmanuel Lubezki, est entièrement mérité. Petit bémol cependant au niveau des effets spéciaux (notamment concernant le grizzli et certains animaux que l’on peut voir tout au long du film), je les ai trouvé assez mal faits.

53561acd9075241f5d35e488753f66a8
Concernant le choix des acteurs, je n’ai pas été déçue non plus. Leonardo DiCaprio est excellent. Il incarne de façon impressionnante et troublante le trappeur. Tom Hardy incarne également très bien Fitzgerald, et Will Poulter était l’acteur idéal pour Bridger. J’imaginais le capitaine Henry plus vieux, mais j’aime tellement Domhnall Gleeson que j’ai rapidement oublié cet aspect.
Les 2h36 sont passées très vite, ce qui m’a surpris. Je ne me suis pas ennuyée à un seul moment devant le film ! Tout s’enchaîne de façon très fluide, des scènes d’action viennent rythmer de longues scènes plus silencieuses et contemplatives.
Au niveau de l’adaptation, comme je l’ai dit plus haut, je suis déçue. Cependant, je n’en tiens pas vraiment rigueur au réalisateur puisqu’il a précisé au début (ou à la fin, je ne sais plus), que le film était basé sur le roman, mais seulement en partie. Avec le recul, je me rends bien compte que le film aurait probablement été beaucoup plus ennuyeux (et plus long) s’il n’avait pas choisi de faire certaines modifications. Il y a quand même quelques petits détails qui m’ont vraiment gêné. Par exemple, Glass n’a pas de fils. Il n’a pas eu de fils dans la vraie vie et il n’a pas de fils dans le roman. J’imagine que rajouter un fils tué par Fitzgerald ajoutait plus de tension au film (ce qui est le cas, je ne le nie pas) et justifiait plus la volonté de vengeance de Glass que le « simple » abandon des deux hommes et le vol de ses affaires. J’ai également regretté l’absence de certaines scènes dont j’attendais vraiment de voir comment elles allaient être traitées à l’écran, notamment la scène où Glass se bat contre des loups pour pouvoir manger (finalement c’est un indien qui se bat contre les loups, dommage) ou celle où il se trouve dans un village indien abandonné avec une vieille femme aveugle… Ce sont des scènes très fortes, chargées en émotions, que j’aurais vraiment aimé voir. Mais bon, on ne peut pas tout avoir !

469370af39791d018b112718e2535d8f
Je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de l’ajout des scènes avec les trappeurs français et la création du personnage de Powaka. J’imagine que c’était pour rajouter un peu de drama ? J’ai cependant apprécié le fait qu’Iñárritu supprime un certain nombre de personnages inutiles et peu intéressants (et source de longueurs dans le roman), à part peut-être Kiowa, que j’aurais bien aimé « rencontrer ».
Contrairement au roman, j’ai été très très satisfaite de la fin (plus ou moins ouverte puisqu’on ne sait pas grand chose concernant le sort de Glass). je l’ai trouvé plutôt jouissive. Ce n’est pas du tout la même fin que dans le roman et elle s’éloigne encore plus de ce qui s’est réellement déroulé à l’époque, puisque Fitzgerald s’était engagé dans l’armée et Glass n’a fait que récupérer son fusil (selon les sources historiques).

Bref. Je me suis déjà pas mal étendue sur le sujet. Venons-en aux conclusions ! L’adaptation est mauvaise mais le film est bien meilleur que le roman. Complexe, n’est-ce pas ? Au choix, je vous conseille de voir plutôt le film, bien qu’il soit très éloigné des faits réels. Ne le regardez pas pour ça. Regardez-le pour la performance de DiCaprio, pour la magnifique photographie et, tout simplement, parce que c’est un bon film !

17/20 (en tant que film)

12/20 (en tant qu’adaptation)

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce film ? Avez-vous lu le roman ? Avez-vous l’intention de lire le roman après avoir vu le film ?

cea6bd23aabd9ffae12d809ecefca778

Petit Gif de fin, mouihihihi.

On se retrouve très bientôt pour un nouvel article, donc je ne connais pas encore le contenu puisque je n’ai pas encore trouvé le temps de l’écrire (c’est pas encore trop ça les nouvelles résolutions).

Des bisous !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

13 réflexions au sujet de « Du livre au film #5 – The Revenant. »

  1. Aaaah ta critique me fait tellement plaisir! Je m’explique… 😉
    J’ai une sainte horreur des comparaisons entre livre et film. A mes yeux, les adaptations ne sont pas comparables puisqu’il ne s’agit pas des mêmes supports. Un livre est un livre. Un film est un film. Et j’entends très souvent après avoir vu une adaptation : « Ouai bah…c’était pas pareil que le livre donc j’ai pas trop aimé ». Et ce genre de phrases m’énerve à un tel point! (Pardon je m’emporte haha^^)
    Mais ici, tu reconnais que même si l’adaptation (enfin plutôt le « basé sur ») est mauvaise, le film est excellent et que tu l’as beaucoup apprécié. Et s’il y a bien une chose qu’il est incontestable, c’est la performance de DiCaprio. Mais ça n’est pas une surprise avec lui. Il nous a habitués à ça!
    Bref, tu l’auras compris, on partage le même avis! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai pas lu le livre et je n’ai pas envie de le lire mais j’ai vu le film qui est excellent et que j’ai adoré également. La performance de Leonardo DiCaprio est bluffante ainsi que celle de Tom Hardy, sans parler des paysages à couper le souffle. Ce film est onirique, mystique par certains aspects. Je crois qu’on appelle ça un chef d’oeuvre 😉

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai pas lu le roman mais j’avais été très déçue par le film dont j’attendais beaucoup. Les décors sont certes magiques, les acteurs incroyables, le plan séquence de la bataille est grandiose, mais un film est aussi une oeuvre narrative et je me suis mortellement ennuyée. J’ai aussi du mal avec le cliché du bon américain ami des indiens, tandis que les français sont de vilains violeurs picoleurs.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que les quelques scènes avec les français, ça a eu un peu de mal à passer sachant que ces scènes là ne sont absolument pas dans le livre. Je n’ai pas compris l’intérêt de donner cette image là des français alors que dans le roman ce sont les trappeurs américains qui se comportent de la sorte…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s