Point Culture #16.1 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

86582fed04ab0749e644aa593099cfb3

Il est grand temps pour moi de rattraper le retard accumulé au mois de mai et au mois de juin en ce qui concerne les points culture.. Malgré la rédaction de mon mémoire, j’ai eu le temps de lire pas mal de romans (faut bien faire des pauses de temps en temps) et de voir quelques films. Vu l’étendue de la chose, je vais diviser ce point culture de rattrapage en (au moins) deux articles. Ce sera plus facile pour moi et moins long pour vous x)

Allons-y !

Livres lus.

# Le Cirque des Rêves.

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les révèrbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. »

Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller et se laisser enivrer…

BIENVENUE AU CIRQUE DES RÊVES !

Derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance. Cependant ils s’aiment, et cette passion pourrait leur être fatale.

couv31965117

J’ai enfin lu Le Cirque des Rêves (enfin, ça fait un moment techniquement mais avec tout mon retard.. bref). Il m’avait été chaudement recommandé par des amis et j’avais lu d’excellentes critiques sur la blogosphère l’année dernière. Peut-être que mes attentes étaient trop élevées, je ne sais pas.. En tout cas c’était une grosse déception pour ma part !

Honnêtement, je me suis ennuyée, je n’ai jamais complètement accroché à l’histoire. Je l’ai trouvé très répétitive, il y a beaucoup de longueurs.. On est beaucoup dans la description, plus dans la description que dans l’action d’ailleurs. Alors, OK, l’écriture est très belle, très poétique, le cirque vend effectivement du rêve. L’auteur nous dépeint un univers magique absolument magnifique. Mais pour moi ça s’arrête là. L’intrigue n’apparaît finalement qu’en arrière-plan, on ne comprend pas tout.. J’aurais vraiment aimé apprendre plus de choses sur cette histoire de défis qui se déroulent depuis je ne sais pas combien d’années, que le couple soit un peu plus « vivant », plus dynamique (et plus attachant).. C’était mou mou mouuuuu. Il y a beaucoup de questions sans réponses, certains éléments arrivent comme un cheveu sur la soupe. Et le fait qu’on passe du présent au futur au passé toutes les dix pages, on se perd très facilement. Pour moi, c’était une histoire fade dans un univers extraordinaire. Il manque quelque chose (de l’émotion peut-être ?) et c’est bien dommage..

12/20

# Dysfonctionnelle.

Fidèle, jeune adolescente, grandit, entourée de ses six frères et soeurs, dans une famille dysfonctionnelle : son père enchaîne les allers-retours en prison, sa mère est à l’asile. Dotée d’une « intelligence précoce », elle s’intègre à un lycée des beaux quartiers où les élèves la regardent comme un alien. Mais c’est là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui transforme, celui qui sauve…

couv21322426

J’avais découvert il y a quelques temps cette jeune auteure avec La drôle de vie de Bibow Bradley, que j’avais trouvé sympathique mais sans plus. Je me suis quand même laissée tenter par Dysfonctionnelle parce que j’avais lu de très bonnes choses à son sujet, notamment chez Le Brocoli de Merlin.

Personnellement ça n’a pas été un coup de cœur, je pense que j’ai un peu de mal avec le style d’Axl Cendres, parfois un peu lourd. Mais l’histoire ici est quand même intéressante et très touchante. J’ai passé un moment assez fort avec cette famille pas comme les autres. J’ai largement apprécié le fait que l’auteure évoque un certain nombre de sujets pas faciles avec une grande justesse, que ce soit la maladie mentale ou l’homosexualité. Les personnages sont attachants (même les piliers de bar). Par ma lecture j’avais vraiment l’impression de faire partie de cette grande famille. On se sent inclus, on a l’impression d’être là, avec eux, à les soutenir dans les bons moments comme dans les mauvais.

Il y a des moments drôles, des moments tristes, de l’amour, des disputes.. des hauts et des bas donc. Ça aurait pu être génial (franchement, il y a presque tout dans ce livre) mais je n’ai pas réussi à décoller complètement. Encore une fois, le style de l’auteure est assez particulier, même si j’ai l’impression qu’elle était plus soft dans celui-ci que dans Bibow Bradley. J’ai d’ailleurs trouvé qu’il y avait beaucoup de points communs entre les deux romans.. Ça ne m’a pas vraiment dérangé mais bon, pour le coup ça manquait un peu d’originalité. On dirait qu’elle est repartie d’une même base dont elle a changé quelques détails avant de développer son histoire. L’ambiance est assez similaire. Le personnage de Fidèle ne m’a pas transcendé non plus, je l’ai trouvé un peu excessif. Elle se retrouve parfois dans des situations tirées par les cheveux, assez peu crédibles et parfois un peu ridicules. Du coup, pour moi aussi y avait des hauts et des bas, des moments que j’ai adoré et d’autres où j’étais plus sceptique, où je n’adhérais pas complètement. D’où le fait que ce n’est pas un coup de cœur.

Je vous recommande quand même cette lecture parce que j’ai globalement passé un bon moment et que les critiques que j’ai pu lire sont toutes très bonnes. Par contre ce n’est pas une lecture que l’on pourrait qualifier de « légère », il y a des passages assez durs.. Ce n’est pas la lecture idéale pour la plage haha !

15/20

# Les Outrepasseurs, tome 1.

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

– Nous ?

– Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…

couv73054504

ÇA Y EST ! J’ai enfin pu mettre la main sur le premier tome des Outrepasseurs, j’aurais mis du temps. J’ai adoré ce premier tome, malgré le fait qu’il soit vraiment très très introductif. J’étais à fond dans l’histoire dès les premières pages, on ne s’ennuie jamais (malgré quelques petites longueurs, mais franchement, on s’en fout) ! J’adhère complètement au style de l’auteure. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, Cindy van Wilder a su attiser ma curiosité comme jamais. Je me demande vraiment ce qu’il va se passer dans le deuxième tome puisque celui-ci était vraiment centré sur les origines et très peu sur les nouveaux outrepasseurs. En tout cas elle nous décrit un univers très riche, aux personnages nombreux. Elle a soulevé un grand nombre d’interrogations de mon côté, et j’espère qu’elle y répond dans la suite. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants, mais je pense que c’est le côté intro qui veut ça. Ce tome est vraiment centré sur les ancêtres de Peter donc on n’a pas tellement l’occasion de s’attacher aux personnages que l’on va vraiment suivre par la suite. Et en soi, ça ne m’a pas dérangé de ne pas les apprécier, il se passait tellement de choses intrigantes que c’était vite oublié. Le seul petit point négatif que je pourrais évoquer ici, c’est le fait qu’on a bien décrit les origines, c’est cool, mais que les personnages principaux sont relégués à des rôles de figurants, et que du coup il va falloir repartir sur de « vraies » présentations dans le deuxième tome qui pourraient s’avérer un peu « chiantes » dans le sens où on risque de se retrouver avec une nouvelle grosse partie introductive (probablement plus courte mais quand même un peu conséquente puisqu’ils sont nombreux). Enfin, l’avenir nous le dira ! J’ai quand même envie d’en savoir plus sur les adolescents, donc ce ne sera pas du gâchis. Mais plus de détails auraient déjà pu être donnés dans ce premier tome.

Par ailleurs, je tiens à souligner que l’objet livre est somptueux. J’ai emprunté le premier tome à la médiathèque mais vu que le deuxième a été volé (scrogneugneu), je pense que je vais tout simplement acheter la trilogie. J’ai le sentiment, *l’intuition*, que je ne serai pas déçue de toute façon, donc autant faire des folies. Je sens le coup de cœur pointer le bout de son nez !

J’avais peur d’être déçue vu que je me monte un truc de fou dans ma tête depuis des mois. Mais ce premier tome répond carrément à mes attentes, donc joie sur Terre ! Si vous n’avez pas encore tenté le coup, je vous le recommande bien évidemment.

17/20

# Les derniers jours de Rabbit Hayes.

Quand Mia, que l’on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l’accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, sœur, mère ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant ; Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu’elle élève seule. À mesure que les jours passent et que l’espoir de sauver Rabbit s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au cœur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulières pour leur faciliter la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en œuvre…

couv38741096

Fiou ! Âmes sensibles s’abstenir, ce roman est vraiment très très très émouvant. A l’issue de ma lecture je ressentais tellement de choses différentes, c’était très confus dans ma tête. J’étais énervée, j’étais triste, j’étais heureuse.. Ça fait quelques semaines que j’ai terminé le roman donc les choses sont un peu plus claires maintenant, je devrais pouvoir en parler en étant compréhensible haha.

Dans ce roman, on suit un certain nombre de personnages proches de Rabbit, qui souffre d’un cancer en phase terminale. Selon moi, l’histoire évolue en suivant les différents stades du deuil : le choc, le déni, la colère, la négociation, la dépression et l’acceptation. Si Rabbit refuse de l’admettre et continue de lutter, sa famille sait qu’il ne lui reste que peu de temps à vivre et ils gèrent tous les choses de façons très différentes.. Entre les parents qui continuent de chercher des traitements expérimentaux qui pourraient lui permettre de vivre quelques mois supplémentaires ou sa fille qui, jusqu’à la fin, essaye d’ignorer la vérité  qui s’offre à ses yeux (le fait qu’on lui mente n’arrange rien non plus cela dit), on découvre comment chacun vit le déclin de Rabbit.

Le roman est aussi ponctué d’un certain nombre de flash-backs évoquant l’enfance de Rabbit, son histoire d’amour avec Johnny, des moments heureux.. Ces souvenirs sont généralement comme un petit bout de soleil au milieu de toute cette douleur, ils nous redonnent le sourire pendant quelques pages, nous font parfois rire. Ils nous amènent également à nous attacher de plus en plus au personnage principal, ce qui est un peu fourbe puisqu’on en vient nous aussi à passer par les différentes phases du deuil. On espère, on se dit que oui elle peut s’en sortir, qu’avec toute notre bonne volonté de lecteur on va réussir à la sauver de toute cette merde et qu’elle va vivre longtemps, heureuse et avec sa famille. On est en colère parce que c’est évident qu’elle ne s’en sortira pas (le titre est plutôt clair). On se moque gentiment des parents et de leurs ultimes tentatives mais au final on aurait fait la même chose et finalement on accepte. C’est dur mais on accepte. Ce roman est terriblement émouvant et on ne veut jamais en voir la fin. C’est définitivement un coup de cœur !

Tout s’enchaîne de façon très fluide, il n’y a aucune longueur, l’écriture de l’auteur est simple mais chargée d’émotions. Elle a su traiter un sujet vraiment pas facile avec justesse, on ne tombe jamais dans le too much. C’est parfaitement dosé.

Je trouve que j’en ai déjà dit beaucoup donc je vais m’arrêter là, mais je vous recommande vivement cette lecture absolument bouleversante.

19/20

Point BD.

# Peter Pan, tomes 1 à 6.

Par une nuit d’hiver, assis sur de vilaines planches en bois à l’extérieur d’une maison, un petit garçon est plongé dans la lecture d’un livre de mythologie grecque. Il s’appelle Peter. Nous sommes à Londres, en 1887. Il fait un froid glacial. Soudain, un trait de lumière jaune vient terminer sa course sous son capuchon. Peter croit avoir capturé une étoile filante. En vérité, il s’agit d’une minuscule créature vivante. Une fée… Ravissante, coquette et terriblement susceptible. Et quand cette fée jette une poignée de poussière dans les yeux du petit garçon, celui-ci se met à voler dans les airs, par-dessus les toits londoniens couverts de neige…

PicMonkey Collage

PicMonkey Collage2

Ça faisait plusieurs années que je voulais découvrir le travail de Loisel, et plus particulièrement sa version de Peter Pan, découpée en six tomes. Je n’ai pas été déçue puisque les dessins sont absolument magnifiques et l’histoire plutôt prenante. Je n’ai pas (encore) lu la version originale écrite par Barrie, donc je ne sais pas s’il prend beaucoup de libertés ou pas. Cela dit, il y a de grandes différences entre la BD et l’adaptation Disney (ou l’adaptation décevante dont je vous avais parlé il y a quelques temps, réalisée par Joe Wright). L’histoire est beaucoup plus sombre et violente, d’ailleurs les couleurs utilisées sont vraiment en accord avec l’ambiance. On suit l’évolution du jeune Peter, qui devient au fil de ses aventures Peter Pan, sa rencontre avec les pirates et avec toutes les créatures du pays imaginaire, avec Lili la Tigresse, l’arrivée des garçons perdus et de Wendy.. Ce sont un peu les « origines » du personnage et c’est fascinant. On découvre aussi une Clochette trèèèès différente de celle qui a aujourd’hui droit à sa propre série de films.

En résumé, c’était une série très originale que j’ai eu grand plaisir à découvrir. Bien que l’ambiance soit parfois un peu glauque, troublante, ma lecture était très plaisante. Je la recommande surtout pour les dessins qui sont vraiment trop beaux. Et je valide totalement cette version qui diffère du Disney.

16/20

# La ligue des voleurs.

Douze enfants d’une dizaine d’années, filles et garçons, entre cette année à l’école de la Ligue des voleurs. Au programme, cours de tir, d’infiltration, étude de la cryptographie pour devenir le meilleur braqueur de la promotion ». Pour Clémence, l’école devrait être une formalité. Fille de voleurs, l’art de la rapine fait partie de sa vie et des sujets de conversation depuis qu’elle est toute petite. Comme tous les membres de la Guilde des voleurs, ses parents ont donc inscrit leur enfant à l’école de la Ligue. L’avenir de la jeune fille est tout tracé : elle sera un bandit, comme ses parents. Sauf que Clémence a d’autres rêves, comme celui d’apprendre la géographie, la grammaire, la géopolitique ou la biologie dans une école « normale ».

couv12144279

Je me suis laissée tenter par cette nouveauté BD au rayon jeunesse de ma médiathèque. Je trouvais le résumé plutôt intrigant.

Les dessins sont très beaux, c’est vraiment LA plus grosse qualité de ce tome, ils sont vraiment super plaisants à regarder. Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, c’est intéressant, ça change un peu. On suit une poignée d’enfants qui suivent des cours un peu particuliers à l’école de la Ligue des voleurs. Ils ont un mode de vie totalement différent du notre (du mien en tout cas haha) qui se révèle parfois être assez amusant. On a quelques situations un peu tirées par les cheveux, mais l’ensemble reste sympathique. L’auteur questionne l’éducation, la remise en question de son mode de vie et des valeurs qui prévalent dans une famille. Est-ce qu’on est obligés de penser comme ses parents parce qu’ils nous ont éduqués d’une certaine manière ? Clémence aimerait bien changer de mode de vie mais ce n’est pas forcément chose aisée..

Normalement, si j’ai tout bien compris, il s’agit d’un premier tome ! Ma curiosité me poussera certainement à lire la suite pour voir si Clémence parviendra à ses fins. Pas de coup de cœur donc, mais une petite BD plaisante à lire et à regarder, que je ne recommande pas particulièrement mais que je ne vous déconseille pas non plus.

14/20

# Victor & Clint.

Lorsque Victor se coiffe de son Stetson, il devient Clint, cowboy renfrogné de l’Ouest américain. Colt en main, il s’enfuit dans un Far West imaginaire où les parents se transforment en shérifs et les bicyclettes en fidèles destriers. Un monde de rochers et de cactus où les brutes de l’école deviennent les redoutables frères Ringo, à qui il aimerait bien donner une bonne leçon ! Car les deux canailles se sont emparés de sa monture, le Colonel Banjo, et Victor compte bien la récupérer… Avec l’aide de son acolyte Willy Brown, qui n’est autre que Basile Castagne, vieil alcoolique du village, Victor se lance à leur poursuite, bien décidé à leur faire mordre la poussière ! Mais la réalité, toujours tapie dans l’ombre, arrive au galop… Une ode aux échappées imaginaires sous forme de western spaghetti plein de verve et de réparties cinglantes !

couv5005931

Je n’ai pas grand chose à dire sur cette autre BD jeunesse. Elle se lit très vite, les dessins sont sympathiques et colorés. On est plongés dans l’imagination débordante du petit Victor, qui se prend globalement pour un cow-boy à chaque fois qu’il sort de chez lui (ou pas d’ailleurs). D’une vignette à une autre, le turbulent Victor peut se transformer en un Clint patibulaire, escorté par son fidèle compagnon Albert et le vieux Willy Brown. C’est mignon, on passe un bon moment de lecture. Il y a quelques passages très touchants, surtout sur la fin, et d’autres plutôt drôles. Marion Duclos a bien su différencier les deux univers de Victor (réalité et imaginaire) et on rentre assez facilement dans l’histoire. Ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai vraiment apprécié cette lecture, c’était très plaisant ! Si vous avez l’occasion, n’hésitez pas 🙂

16/20

# Petite voleuse.

Corrina Park a de grandes idées.
Étudiante en littérature, elle se voit très bien dans la peau d’un auteur de best-seller. Las, ça fait cinq ans qu’elle ronge son frein dans une agence de publicité à New York et la seule chose qu’elle a jamais écrite ce sont des…slogans. Pourtant, un évènement a priori anecdotique va changer le cours de son existence…

couv43752532

Petite Voleuse est la grosse déception BD du mois dernier. Je l’ai emprunté un peu par hasard, comme je le fais souvent, parce que j’ai été attirée par sa couverture. Je n’ai pas du tout accroché, l’histoire de Corrina m’a ennuyée plus qu’autre chose.. Je l’ai trouvée fade, sans intérêt et plutôt déprimante. Bon, il est vrai que je l’ai lu alors que j’étais sur le point de terminer mes études, et le fait de voir une jeune étudiante qui ne fait pas du tout ce qu’elle veut dans la vie.. C’était pas le moment je pense x)

Pour être absolument honnête, cette BD je pourrais la résumer à cette phrase : « Aussitôt lue, aussitôt oubliée ». Le petit événement anecdotique qui a changé sa vie ? Je ne m’en souviens même pas.. C’est malheureux quand même. En tout cas, le souvenir du sentiment d’ennui ressenti en lisant la BD est bien resté, lui. Je n’ai pas non plus accroché aux dessins et aux couleurs (enfin aux couleurs.. c’était surtout quasiment que du rose). Bref, je vais pas m’étaler. J’ai pas aimé.

05/20

Films vus.

# Zootopia.

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde à sa place à Zootopia ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque…

Zootopia faisait partie des films de cette année que je voulais absolument voir. Je trouvais l’idée développée par Disney très intéressante, ça change de ce qu’ils font d’habitude. J’ai d’ailleurs cru au début que c’était un Pixar, voilà, c’est dit. Au-delà du simple fait que c’est trop choupi, que tout est trop mignon et qu’on a envie de faire *oooooow* toutes les trois minutes, Disney nous livre une (jolie) critique de la société et de tous les préjugés qui peuvent détruire une société, même celle qui envoie le plus de rêve au monde.

On suit donc Judy, une jeune lapine tout juste diplômée de l’école de police, plutôt carrément naïve mais déterminée, qui débarque dans la ville de Zootopie, où tous les animaux vivent en harmonie au doux son de la musique de Gazelle. En gros. Un peu utopique. Elle découvre assez rapidement qu’un complot vise tous les prédateurs de la ville et les (re)transforme en animaux sauvages dangereux, ce qui met en danger l’équilibre de la ville.

J’ai passé un très bon moment devant ce film. Visuellement c’est très réussi, les dessins sont impeccables, on nous montre un univers très riche, détaillé et original. Le scénario est très bien écrit et rondement mené. J’ai trouvé le film très drôle, dédicace toute spéciale aux paresseux, et le message passe franchement très bien. Il s’agit bien sûr de ne pas se fier aux préjugés, privilégier la vie en communauté, apprendre à vivre ensemble malgré nos différences. L’amitié qui se développe entre Nick et Judy est vraiment agréable à regarder, les deux personnages ont une belle complicité et se complètent très bien.

Ce dessin animé vaut vraiment le détour, c’est définitivement un de mes coups de cœur cinématographique de 2016. Il promet un moment très agréable, que ce soit en famille ou en amoureux (ou tout seul, je pense que j’aurais autant kiffé toute seule). A voir !

17/20

# Hunger Games, La Révolte/Mockingjay, Part 2.

Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène…

Je me suis rendue compte récemment que je n’avais toujours pas vu le « final » de la saga Hunger Games. Il était temps de clore tout ça. J’ai un avis global sur ces films assez mitigé. Je n’ai pas lu les livres (peut-être que je devrais, je ne sais pas), donc je ne sais pas si l’adaptation est réussie ou pas. Je sais juste que moi, au bout d’un moment, ça m’a saoulé. Le triangle amoureux Katniss/Peeta/Gale m’a plus que saoulé. Beaucoup de personnages m’ont saoulés. Julianne Moore m’a saoulée. President Snow m’a saoulé. Bref, y avait des bons et de très mauvais aspects. Je vais pas revenir sur les quatre films (on en parle d’ailleurs de cette manie des quatre films pour des trilogies ? Parce que ça devient ridicule), ça prendrait trop de temps.

Ce quatrième film m’a déçu, voilà, c’est dit. Je me suis ennuyée. Plus de deux heures de film pour ça, MERCI BIEN. Il y a tellement de longueurs que des fois, j’étais tentée de ranger mon appartement en même temps que mon visionnage quoi.. Ça n’aurait rien changé, j’aurai rien loupé. En tout et pour tout il y avait peut-être trois scènes vraiment intéressantes, le reste aurait pu être résumé en 30 minutes et c’était bon. Donc en enlevant les longueurs du précédent, on avait un troisième film correct et c’était réglé. C’est bien bête. Surtout que dans la première partie on nous promettait quand même un truc de folie, genre la grosse révolution de malade.. Le mot « épique » apparaît d’ailleurs en majuscules dans la bande-annonce (je dis ça, je ne dis rien). Perso j’attends toujours. C’était la révolution la plus molle de toute l’histoire de l’humanité.

J’aime beaucoup Jennifer Lawrence mais, je ne sais pas pourquoi, elle me saoule profondément dans le rôle de Katniss à jamais savoir ce qu’elle veut et à faire des mimiques bizarres, bububu dans les chaumières, Peeta il est méchant. Merde, au bout d’un moment décide toi non ? Et puis cette dernière scène, mais MON DIEU. C’est possible de faire aussi cliché ? C’était monstrueux. MONSTRUEUX. Le seul véritable moment de plaisir que j’ai ressenti pendant ce film, c’était l’exécution. Donc trois minutes sur 2h16. Yeaaaaah.

Le meilleur film de cette saga restera le premier et puis c’est tout. Ça n’a fait qu’empirer à partir de là. Je vais m’arrêter ici parce que ma critique est pas du tout constructive et en plus ça m’énerve. J’ai pas aimé, me jetez pas de cailloux s’il vous plait, je vous aime.

08/20

# The Dressmaker.

Dans l’Australie des années 1950, Tilly, une jeune femme, vient chercher vengeance dans son village natal…

Après moultes semaines d’harcèlement, j’ai enfin regardé The Dressmaker sur les ordres de Romy du blog Costumes de film. Ça faisait un moment qu’il trainait dans ma liste de films à voir. Si le film a quelques défauts, j’ai tout de même passé un très bon moment devant ce film.

En résumé, nous suivons l’histoire de Tilly, une jeune femme qui revient dans son village natal pour plusieurs raisons. D’une part pour revoir sa mère, d’autre part pour avoir des réponses à ses questions, à ses doutes, puisqu’elle s’est plus ou moins faite exilée de ce village parce qu’elle aurait assassiné un camarade quand elle était encore toute jeune. Depuis elle a fait sa vie, elle est devenue une couturière talentueuse, faiseuse de miracles.

Ce qui m’a principalement gêné (autant commencer par ce qui nous embarrasse), c’est le fait que les personnages sont souvent dans l’exagération. Si c’est marrant de temps en temps et que ça ajoute un petit je ne sais quoi (à prononcer à l’anglaise) au film, la plupart de temps ça manque de réalisme et ça nuit un peu à l’histoire puisque ça ne paraît pas crédible. Il y avait également quelques aspects prévisibles mais qui ne m’ont pas particulièrement dérangé. Au final, c’était presque mieux comme ça. Je pense qu’un happy ending de ce type (c’est difficile de dire tout ça sans spoiler) m’aurait un déçu. x)

Pour le reste, les acteurs sont très bons. Kate Winslet a la grande classe, comme d’habitude. Elle est parfaite et ce rôle était fait pour elle. Je n’aurais vu personne d’autre dedans. Les personnages secondaires sont pour la plupart très intéressants et apportent quelque chose au film, plus spécialement la mère (Judy Davis) et le sergent (Hugo Weaving). Ils avaient un bon caractère comme je les aime et selon moi, sans ses acteurs, le film n’aurait pas été ce qu’il est. Les costumes étaient vraiment chouettes. On rit beaucoup, mais le film a aussi ses côtés très sérieux avec ses flash-backs, les confrontations entre Tilly et les habitants qui lui en veulent encore.. Il y a vraiment du drama dans l’air. Il y a aussi quelques scènes tristes.. Mais ça ne rend pas le film triste pour autant. Honnêtement, à la fin du film j’étais heureuse, je me sentais bien 🙂 Je n’irais pas jusqu’à le caler dans ma liste de feel-good movies mais pas loin ! C’est donc un film que je vous recommande chaudement !

16/20

# Avril et le monde truqué.

1941. Le monde est radicalement différent de celui décrit par l’Histoire habituelle. Napoléon V règne sur la France, où, comme partout sur le globe, depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement, privant l’humanité d’inventions capitales. Ignorant notamment radio, télévision, électricité, aviation, moteur à explosion, cet univers est enlisé dans une technologie dépassée, comme endormi dans un savoir du XIXème siècle, gouverné par le charbon et la vapeur. C’est dans ce monde étrange qu’une jeune fille, Avril, part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin, son chat parlant, et de Julius, jeune gredin des rues. Ce trio devra affronter les dangers et les mystères de ce Monde Truqué. Qui enlève les savants depuis des décennies ? Dans quel sinistre but ?

Je suis tombée sur ce dessin animé français tout à fait par hasard et le résumé m’a beaucoup intrigué donc je me suis laissée tenter. Mon avis est un peu mitigé.. J’ai apprécié l’univers développé dans le film, plutôt original. J’avoue qu’à la base je m’attendais à un truc beaucoup plus branché steampunk mais bon, ça n’a pas été le cas. C’est dommage parce que l’univers et l’ambiance s’y prêtaient bien. Souvent tirée par les cheveux, l’histoire aurait pu être vraiment intéressante, développée autour d’un message écologique trop peu mis en avant. La bande-annonce était pleine de promesses. Le résultat final m’a laissé sur ma faim.

J’ai eu beaucoup de mal avec la plupart des voix (françaises), notamment celle de Marion Cotillard qui m’a plus saoulé qu’autre chose.. C’est vraiment dommage parce que dans un dessin animé, une mauvaise voix suffit à gâcher un personnage. Ici le résultat était vraiment peu naturel, les dialogues n’étaient pas fluides, les intonations étaient largement exagérées.. Déception. Conséquence de tout ça : on ne ressent rien face à ce film. Impossible de ressentir la moindre émotion parce que les personnages ne sont pas du tout attachants, ils sont fades. Tout est fade dans ce film. On avait une très bonne idée de base et à partir de là les réalisateurs ont fait une série de mauvais choix qui fait que beaucoup d’éléments n’ont pas été assez explorés, les personnages sont sans intérêt, les quelques tentatives d’humour tombent à plat et on a parfois l’impression de se trouver dans un cours d’histoire (et pas un cours passionnant).

Pour moi c’était donc une déception, je ne recommande pas particulièrement le film. Après bien sûr, libres à vous de vous faire votre propre avis ! Mais pour moi le film n’est pas fini, c’est une « première étape », une ébauche à partir de laquelle on aurait pu faire quelque chose de vraiment très chouette, en ouvrant peut-être la porte un peu plus grand à son imagination.. Ça ne m’a pas du tout fait rêver, c’est dommage.

10/20

ps – Est-ce que quelqu’un aurait de bons dessins animés français à me conseiller ? Je peine à en trouver mis à part Un monstre à Paris que j’avais beaucoup aimé.

Séries débutées.

Avec le mémoire j’ai plus ou moins laissé en plan toutes mes séries pendant un mois. Je n’ai repris (et fini) que Game of Thrones, et Pretty Little Liars hier (je ne sais pas pourquoi je continue de m’infliger ça mais bref, c’est une autre histoire).

ce9bbf7b1f44b4f6e278cf4d6e9d7978

Comme je l’avais fait avec Gilmore Girls il y a quelques mois, j’ai aussi décidé de reprendre Friends depuis le début, puisque je regardais ça de temps en temps quand j’étais plus jeune mais que je n’avais jamais absolument tout vu. Ça se regarde très facilement, c’est pas prise de tête et pour mes quelques pauses pendant ma rédaction c’était l’idéal. J’en suis déjà à la saison 7 haha.

C’est tout pour cette première partie du Point Culture #16 ! J’essaye de publier le reste en début de semaine prochaine héhé. J’attends vos avis sur toutes ces découvertes si vous les avez lues/vues également 🙂

Je tiens également à remercier ma copinaute Serial Bookineuse qui m’a fait mon nouveau logo tout beau (parce que je suis vraiment pas douée avec un ordinateur). N’est-il pas magnifique ?

PStNuek7

A bientôt !

3d56c1b7812e854aceb66ae856212f1b

Plein de bisous.

Advertisements

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

36 réflexions au sujet de « Point Culture #16.1 – Livres, films, séries. »

  1. Je partage totalement ta frustration pour Pretty Little Liars. C’est super addictif mais franchement elles sont toutes tellement énervantes !!!!! Et j’adore Gilmore Girls aussi ❤

    Il y a un truc qui m'étonne : je n'ai pas du tout, mais alors pas du tout aimé les Outrepasseurs ! J'ai même failli ne pas le finir ! C'est dommage parce que quand je lis vos chroniques endiablées, j'ai vraiment l'impression d'être passée à côté d'un truc chouette… J'ai dû rater le coche :/

    Et tu ne m'encourages pas du tout à reprendre Hunger Games hihihi ! J'avais beaucoup aimé le 1 et le 2, mais vu l'unanimité des critiques plutôt négatives, je pense que je me contenterai du livre pour le dernier volet 😉

    Chouette bilan en tout cas, on attend le prochain 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Haha je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à être frustrée x) Je crois que je passe plus de temps à soupirer qu’autre chose devant les épisodes. Je ne sais pas pourquoi je continue à regarder ^^
      Ah oui c’est dommage pour Les Outrepasseurs ! En tout cas tu n’es pas la seule, j’ai lu d’autres critiques négatives. Je pense que c’est surtout le côté introductif qui a déplu, parce qu’on ne voit que très peu Peter au final. On le suivra probablement de plus près dans le deuxième tome ! Tu as tenté ou pas du tout ? 🙂
      En ce qui concerne Hunger Games, je n’ai pas lu le roman mais en tout cas je ne recommande pas les films x)
      Des bisous !

      J'aime

      1. Non pour Les Outrepasseurs je t’avoue que je ne me suis pas précipitée sur la suite du coup ! Il y avait quelque chose dans la façon d’écrire qui m’avait beaucoup gênée… Mais peut-être que je devrais persévérer en fin de compte !
        Bisous à toi !

        Aimé par 1 personne

  2. Je suis TELLEMENT amoureuse du nouveau logo de ton blog, IL ES JUSTE TROP CHOUPI. Je suis également admirative, j’aimerais prendre le temps de lire autant que toi (j’ai fait le plein de lecture pour cet été, ça devrait le faire). Je suis tellement contente que tu ais aimé Zootopie ! Ce film ♥ Clairement mon gros coup de coeur de 2016 également pour le moment, qui n’a encore été détrôné par aucun autre film (enfin, Suicide Squad n’est pas encore sorti… *sifflote*)
    Au plaisir de te lire ! Plein de bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Ouiiiii il est trop choupiiiiii *-*
      Haha, si tu savais x) J’ai encore quasi dix bouquins à chroniquer pour mai/juin, j’en vois pas le bout. Et puis je lis plus vite que je n’écris donc forcément, on s’en sort pas. J’ai encore fini deux romans hier, faut que je me calme ^^
      J’avoue que Suicide Squad n’est pas encore sorti :p Peut-être un deuxième coup de cœur en perspective 😉
      Plein de bisous ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Alors déjà ton logo est magnifique !
    Je suis aussi en train de me refaire tous les Friends. J’en suis à la saison 3 x)
    Avril et le monde truqué est sur mon DD, j’ai très envie de le voir.
    Comme toi, j’ai beaucoup aimé Les derniers jours de Rabbit Hayes. Par contre, je n’ai pas accroché avec Les outrepasseurs dû au fait que c’était trop introductif.. Je réessaierai à l’occasion 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Haha, n’est-ce pas ? Elle a trop géré 😀
      C’est marrant que tu te refasses Friends aussi ! J’en suis à la moitié de la saison 8 perso, j’ai presque fini x)
      Je crois que tu n’es pas la seule à avoir eu du mal avec Les Outrepasseurs pour cette raison.. Après ça vaudrait peut-être le coup de tenter le deuxième tome ? Il est normalement moins introductif (normalement haha), il te plaira peut-être plus ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Oh maintenant que je lis ton avis sur Les Derniers jours de Rabbit Hayes, j’ai envie de le lire ! Je ne connaissais pas du tout et même si je l’avais vu dans ton TAG bilan des six mois, je n’y ai pas prêté attention plus que ça ^^

    Sinon contente que le logo plaise *.*

    Aimé par 1 personne

  5. Je vais définitivement ajouter Les derniers jours de Rabbit Hayes à ma Wishlist car il a l’air de ravir tout le monde !

    Je n’ai toujours pas vu le dernier Hunger Games mais le troisième volet m’avait déjà déçue… et ce que tu dis du dernier ne me motive pas plus !

    Et en ce qui concerne PLL j’ai abandonné depuis longtemps car je n’y trouvais plus ni queue ni tête haha !

    Super bilan comme d’habitude 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as bien fait d’abandonner, parce que ça part en cacahuète complet PLL ! Là il me semble que c’est la dernière saison, ça a été annulé (mais bon, tout est possible, peut-être qu’une autre chaîne récupérera le truc). J’irai jusqu’au bout, au point où j’en suis, mais je n’en garderai pas un bon souvenir x)
      Et oui, n’hésites pas à lire Les derniers jours de Rabbit Hayes ! Définitivement un coup de cœur 2016 celui-là 🙂

      J'aime

  6. Cela fait des mois que j’attends que le premier tome des « Outrepasseurs » soit disponible à la bibliothèque… Je désespère car j’en entends beaucoup de bien, et ta chronique sur cet ouvrage vient accentuer tout ça !
    Le livre « Les derniers jours de Rabbit Hayes » m’intéresse aussi ! J’aime les histoires pleines d’émotions 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je compatis ! J’ai attendu longtemps avant de l’avoir et là, coup de bol, j’ai réussi à avoir le 2 et le 3 en même temps cette semaine :’)
      Et je ne peux que te recommander Les derniers jours de Rabbit Hayes ! Il est vraiment magnifique 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s