Jeff Koons au Centre Pompidou : le coup de gueule.

Certains seront d’accord avec moi, d’autres me jetteront des pierres. Je suis ouverte au débat, ce ne sera pas la première fois concernant le sujet. J’assume totalement : Jeff Koons me débecte.

Je me suis rendue au Centre Pompidou il y a quelques temps pour voir l’exposition dédiée à Frank Gehry. Une fois le billet d’entrée payé, il vaut son pesant de cacahuètes faut pas déconner, j’ai décidé de faire le tour des expositions temporaires. Rien à redire sur Duchamp, rien à redire sur Gehry. Mais Koons ? Good lord, y a du boulot.

Je n’ai pas forcément un point de vue très objectif puisque je suis étudiante en histoire de l’art. J’ai étudié des artistes toutes périodes confondues qui ont apporté quelque chose à l’art tel qu’on le connait aujourd’hui. Certains diront qu’il a tout compris. Certes, mais tout compris à quoi ? Selon moi, Jeff Koons est un businessman. Il exploite la pop culture et en retire les éléments qui interpelleront les gens. Il représente tout ce qui me dégoûte aujourd’hui chez certains artistes : l’argent et les médias. Il fait partie de cette vague d’artistes qui surfent sur des effets de mode. Koons est actuellement l’artiste le plus cher au monde et ces oeuvres s’arrachent pour quelques dizaines de millions de dollars. Mais, honnêtement ? Est-ce que ces oeuvres valent vraiment autant ? J’ai dû louper un épisode parce que je ne vois absolument pas l’intérêt de mettre autant dans un homard en aluminium pendu au plafond.

Lobster, 2003. Vous en voyez beaucoup vous des artistes qui courent avec leurs oeuvres sous le bras ? 

J’ai l’impression qu’il nous rit au nez en plus.

Les oeuvres de Koons sont, certes, bien exécutées (pas par lui d’ailleurs) mais elles ne transmettent rien. Ce qui m’intéresse personnellement dans une oeuvre ce sont les émotions qu’elle dégage. Essayer de comprendre ce que l’artiste a ressenti et a voulu faire ressentir aux gens en créant. Compliqué donc, quand c’est une centaine d’assistants qui réalisent les choses à sa place, basées sur des idées. Il y a peut-être de la recherche dans ces réalisations, mais pour moi elles ne suffisent pas. Elles ne me parlent pas, elles ne me disent rien.

Jeff Koons, pour moi (je maintiens que c’est mon avis personnel), fait partie des artistes qui détruisent l’art contemporain. Je partage donc cet article du Huffington Post, que je trouve assez démonstratif de ma façon de penser.

 « j’ai du mal à comprendre comment une institution comme le Centre Pompidou avec son audience et sa réputation peut laisser passer ce type de production artistique narcissique »

Malheureusement il y a une explication toute rationnelle : le nombre d’entrées. Comme (quasiment) n’importe quel musée, le Centre Pompidou joue la carte des expositions-phénomènes pour rameuter les foules. On accueille un artiste « superstar » pendant une assez longue période, on joue la communication à fond (via Beaux-Arts et autres joyeusetés) et on attend. N’avez vous donc pas remarqué ? Il y a quelques mois les kiosques à journaux étaient recouverts de photos d’oeuvres de Koons, parfois de l’artiste lui même d’ailleurs, avec des titres plus alléchants les uns que les autres (« Jeff Koons, une star à Beaubourg », « Le faiseur d’icônes s’expose à Beaubourg », etc). Et puisqu’il est archi-connu et qu’il vend des oeuvres à des prix exubérants, nous allons tous en courant voir une exposition où il n’y a rien à part du vide. Et quelques couleurs.

Je vous invite quand même à y aller et à vous faire votre propre avis sur la question. Comme je l’ai dit plus haut, certains pensent que c’est un génie, le Warhol ou le Duchamp de notre époque (OUAT ?). Personnellement je penche plus pour l’imposteur manipulateur autocentré.

Advertisements

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

14 réflexions au sujet de « Jeff Koons au Centre Pompidou : le coup de gueule. »

  1. Heyyy ! Perso j’aime bien ce qu’il fait. J’ai fait des années d’études d’arts aussi. En fait j’aime le mélange contemporain avec le reste. Le choc. Comme à Versailles. J’ai trouvé ça cool. Aussi cool artistiquement que si je mettais un ballon de baudruche sur mon balcon. Ça fait parler et ça marche. Alors qu’en fait, c’est rien.

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’y connais rien en art, mais j’avoue, que ce type c’est juste du commercial. Il n’y a pas vraiment de travail derrière enfin, j’entend par là, qu’il n’y a rien derrière, pas d’émotion etc… C’est le musso de l’art en fait ? ahah (Oui, parce que Musso, c’est pareil, il n’écrit pas ses livres, il donne une idée à ses équipes qui écrivent le livre pour lui, il le lit avant les séances de dédicaces etc, pour savoir de quoi il parle, mais sinon….) Ce genre de personne me dégoute au plus haut point. Et dans tous les domaines artistiques. Pour moi, on ne fait pas ça pour l’argent, du moins, pas que, ça ne doit pas être la raison première. (Cela dit, les artistes ne sont pas les seuls à blâmer, les maisons d’éditions, de disc etc, le sont tout autant.)

    Sinon, pour en revenir à l’art, j’ai du mal. Je sais pas, je comprend pas, y a des trucs je peux les faire moi-même quoi : jeter de la peinture sur une toile (on le faisait en arts plastiques au collège), peindre une toile en bleu au rouleau. Faut pas sortir des beaux-arts pour faire ça ahah.

    J'aime

    1. J’avais déjà pas une opinion de ouf sur Musso, qui ne m’a jamais tenté, mais là tu m’apprends quelque chose qui me fait bien rire ! Rien que les résumés de ses livres me font chier (comme Marc Levy en fait). Mais clairement la comparaison est parfaite.
      Oui, je pense que les artistes sont coincés dans un système qui ne les avantage pas forcément. Mais beaucoup réussissent en essayant de changer tout ça. (et ironiquement c’est eux qui ont le plus de succès au final)
      Alors, par rapport à ça, en tant que chercheuse en art contemporain (bon plus la photo et l’archi mais quand même), je te conseille de lire « Pourquoi un enfant de cinq ans n’aurait pas pu faire ça ? ». Il est très intéressant, facile à lire et ça donne beaucoup de clés par rapport à ces questions sur l’art abstrait. J’en ferais peut-être un article tiens ! Merci pour l’idée x)

      J'aime

      1. Et bien je vais me procurer ça, et je lirais ton article avec plaisir, comme je lis tout ceux que tu as déjà publié. Héhé.
        Oui, mais Lévy, lui les écrit lui même ses romans pourris. Alors que Musso, ils sont plusieurs à écrire ses merdes… ahahahha

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s